Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte
Accueil du site > Congrès National Indigène > San Sebastián Bachajón > Communiqué des adhérents de l’Autre Campagne de Bachajon

Communiqué des adhérents de l’Autre Campagne de Bachajon

Ejido San Sebastián Bachajon

mardi 8 mars 2011

Ejido San Sebastián Bachajon
Adhérents à l’Autre Campagne de la Sixième Déclaration de la forêt Lacandone Chiapas, Mexique.

Aux peuples du Mexique et du monde,
À la presse nationale et internationale,
À la société civile nationale et internationale,
Aux organismes des droits de l’homme,
Aux grands médias et aux médias alternatifs,
Aux compagnes et compagnons de l’Autre Campagne nationale et internationale,

À travers cet écrit nous tenons à dénoncer publiquement le gouverneur de l’État du Chiapas Juan Sabines Guerrero et son secrétaire de gouvernement Noé Castañón León ainsi que le Conseil aux droits de l’homme de l’État du Chiapas, pour l’expulsion violente de nos compagnons le 2 février 2011 dernier par un groupe de priistes organisé par le gouvernement lui-même et par son secrétaire, à travers [la création] d’un groupe d’autorités indiennes de la municipalité de Chilon financé par les trois niveaux de gouvernement [municipal, chiapanèque et fédéral]. Cela leur a permi d’arriver à leur objectif d’obtenir un accord avec les autorités de Tumbala et des officialistes de San Sebastian Bachajon afin que grâce aux accords signés le centre écotouristique des cascades d’Agua Azul soit concédé au gouvernement, qui sera donc administré par la direction immobilière de l’État du Chiapas. Selon le rapport diffusé dans plusieurs médias le 8 mars dernier le Conseil des droits de l’homme de l’État du Chiapas a diffusé dans son communiqué que le problème qui a surgi du fait que la non présence de l’Autre Campagne [aux négociations] n’a pas résolu le conflit, et selon ce qui est écrit le [Centre des droits de l’homme] "FrayBa" ne doit pas intervenir dans le conflit car il ne fait que semer la division dans l’ejido. Les accords ont été réalisés par 2 785 ejidatarios et 375 habitants [de l’ejido] d’Agua Azul qui ont donné à l’État un paquet de noms et de signatures des habitants des deux ejidos.

Si on prend en considération le fait que cet accord a été pris par l’assemblée du 3 au 5 février, normalement comme ejidatarios la coutume est de 15 jours de notification pour une convocation à l’assemblée, affichée dans des lieux visibles, et selon la loi agraire il doit y avoir 8 jours minimum de délai, mais cette fois-ci la stratégie du mauvais gouvernement a été de deux jours, tout un processus honteux un accord sans valeur qui n’est qu’un mécanisme pour tromper la société et ainsi prendre possession de nos terres et de leurs ressources et malheureusement à cause de tout ça des compagnons à nous sont emprisonnés. [C’est pour cela que] les 7 et 8 mars de 2011 derniers nous, des hommes et des femmes ejidatarios de San Sebastián Bachajon adhérents à l’Autre Campagne, avons réalisé un blocage de route au chef-lieu de San José en Rebeldía au croisement d’Agua Azul de la route Palenque-Ocosingo, afin d’obtenir la libération immédiate de nos prisonniers injustement emprisonnés dans la prison Cereso n° 17, Playas de Catazajá, Chiapas et d’un mineur enfermé dans le Centre de réadaptation pour mineurs délinquants de Villa Crisol, détenus le 3 février dernier par différentes autorités du gouvernement.

Et malheureusement pour tout cela nos compagnons sont incarcérés. En réponse à notre activité les 7 et 8 mars passés le Conseil des droits de l’homme de l’État du Chiapas a diffusé un communiqué disant que des participants de l’Autre Campagne réalisaient un blocage armés de machettes et de bâtons, perturbant l’ordre public et commettant un délit sur des tiers selon la version du Conseil, quand les compagnons qui manifestaient avaient pour meilleure arme leurs slogans et leurs exigences mais malheureusement pour ce Conseil c’est honteux qu’en étant un organisme des droits de l’homme il ne soit qu’un masque pour le mauvais gouvernement. Cet organe de défense du gouvernement a caché la véritable intention de spolier les terres avec violence, cruauté et haine. Courage pour ceux qui défendent leur dignité pour la terre, le territoire et leur autonomie. (...)

Afin que le gouvernement comprenne bien qu’ici c’est un territoire autonome et pas un endroit pour les projets des transnationales nous allons défendre nos terres et nos ressources sans se soucier des conséquences et si nous devons mourir pour cela il en sera ainsi. Nous sommes dignes nous sommes les propriétaires originels et légitimes de ces terres héritage de nos ancêtres. Pour cette raison nous avons décidé de suspendre l’activité [de blocage de route] que nous étions en train de réaliser et nous allons chercher d’autres alternatives plus dures afin de continuer à exiger la liberté inconditionnelle de nos compagnons prisonniers politiques. Nous continuerons à démasquer ce mauvais gouvernement corrompu qui au travers de son armée voudrait nous intimider, comme les 7 et 8 mars où sont arrivés des policiers de différents services du gouvernement ainsi que l’Agence fédérale d’investigation, tournant autour du chef-lieu où les hommes femmes et enfants étaient concentrés. On voit bien l’intention évidente du mauvais gouvernement d’en finir avec nos luttes sans se soucier de l’intégrité physique et mentale des hommes et des femmes, utilisant la violence et la cruauté afin d’arriver à son objectif donnant tout son sens à cette année de 2011. Les dernières années de gouvernement de Juan Sabines ferment avec une broche en or tout une épopée de spoliation violente semant la mort et principal négociateur des transnationales.

Compagnons et compagnes adhérents de l’Autre Campagne nationale et internationale cela n’est qu’une petite démonstration du mauvais gouvernement afin d’en finir avec nos luttes. C’est le moment le plus approprié pour mieux nous organiser et continuer à démontrer au gouvernement qui nous sommes réellement et pourquoi nous luttons, en démontrant au Conseil des droits de l’homme de l’État que nous sommes une organisation pacifique qui luttons pour nos terres nos territoires et nos ressources, qu’ils ne nous confondent pas avec leurs autorités du mauvais gouvernement.

SALUTATIONS

Tierra y Libertad
Zapata Vive la Lucha Sigue
Hasta La Victoria Siempre

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0