Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte

Accueil > Congrès National Indigène > San Sebastián Bachajón > Communiqué de l’Assemblée de l’Autre Campagne Chiapas à propos de (...)

Communiqué de l’Assemblée de l’Autre Campagne Chiapas à propos de Bachajon

lundi 18 avril 2011

Aux compagnons et compagnes de l’ejido San Sebastian Bachajón adhérents à la Sixième Déclaration de la forêt Lacandone,
Aux adhérents et adhérentes de L’Autre Campagne,
À la commission Sexta,
À la Zezta internationale,
Aux médias de communication alternatifs,

Aujourd’hui nous nous sommes réunis communautés, collectifs, organisations
et individus adhérents à l’Autre Campagne signant cet appel (voir plus
bas) en une assemblée chiapanèque, avec comme motif principal de
discussion et d’analyse l’escalade de violence et de répression contre l’Autre Campagne au Chiapas. La Costa, Mitzitón, Candelaria, Cruztón et
las Abejas d’Acteal étant agressés par l’État, les paramilitaires et des
groupes de chocs.

Plus bas nous documentons les faits survenus récemment à San Sebastian
Bachajón, où nos compas sont en train d’être agressé-e-s :

Hier (8 avril) à 6 heures environ 600 compas, parmi eux des femmes et des
enfants, nous avons repris le guichet d’accès aux cascades d’Agua Azul car
ce sont des terres collectives ejidales qui n’appartiennent pas au
gouvernement, et les ejidatarios en sont les propriétaires légitimes. À 11
heures arrivèrent des policiers de l’État, fédéraux (PGR, AFI), et l’armée
mexicaine, armés, cagoulés et protégés avec des boucliers, des gilets
pare-balles et des armes longues. À minuit près de 600 policiers ont
commencé à entrer jusqu’au centre d’Agua Azul, sous les ordres du
commissaire de l’ejido Francisco Guzmán Jiménez, Carmen Aguilar Gómez
ainsi que l’ancien membre de l’Autre Campagne Miguel Ruiz Hernández.

À 11 heures ce matin 9 avril, les policiers arrivèrent préparer pour
expulser, ils lancèrent des pierres sur les compas et tirèrent près de 15
coups de feu en l’air mettant en danger physique femmes et enfants, ce qui
poussa les compas à se retirer.

En tant qu’assemblée nous condamnons ces mesures répressives. Nous
demandons à tous les adhérents [de L’Autre Campagne] au Chiapas, au
Mexique et au niveau international que, face à la continuation de telles
agressions, nous soyons attentifs et que nous nous associions à toutes les
éventuelles mobilisations et convocations en solidarité avec San Sebastian
Bachajón.

Nous exigeons la libération immédiate et inconditionnelle des cinq
prisonniers politiques de Bachajón, la réapparition des trois compagnons
portés disparus, ainsi que l’annulation des projets touristiques et le
respect de l’autonomie et de la libre détermination des peuples et
villages indigènes.

Vive L’Autre Campagne !
Vive Zapata !
Vive l’EZLN !

Signatures : Brigade féministe, Communauté "5 de marzo", Conseil autonome
régional de la Zone côtière du Chiapas, société civile "Las Abejas"
d’Acteal, Réseau contre la répression au Chiapas, Radio Pozol de Tuxtla,
adhérents individuels, Digne Graine des villages des plateaux du Chiapas,
village organisé de Mitzitón, comité des ex-prisonniers "Voix innocentes",
communauté de Cruztón, Candelaria el Alto, groupe de travail "No estamos
Todxs".