Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte

Accueil > Résistances > Convocation à la nouvelle campagne "Cinq jours de plus d’action mondiale pour (...)

Convocation à la nouvelle campagne "Cinq jours de plus d’action mondiale pour les cinq de Bachajón"

lundi 18 avril 2011

10 avril 2011

À nos sœurs et frères de l’ejido de San Sebastián Bachajón,
À nos sœurs et frères zapatistes,
À nos compagnes et compagnons de L’Autre Campagne,
À nos compagnes et compagnons de la Zezta internationale,
À nos compagnes et compagnons adhérents de la Campagne internationale en
défense du quartier del Barrio et à nos alliés dans le monde entier,
À la société civile au Mexique et dans le monde,

La présente est une nouvelle convocation urgente de la part du Mouvement pour la justice du quartier del Barrio (Movimiento por Justicia del Barrio) afin de réaliser

"Cinq jours de plus d’action mondiale pour les cinq de Bachajón"

Du 24 au 28 avril de cette année.

Recevez les embrassades et salutations affectueuses du Mouvement pour la
justice du quartier d’El Barrio, l’Autre Campagne, New York. Nous voulons
partager avec vous toutes et tous une proposition urgente du peuple simple
et modeste des immigrés du quartier d’El Barrio, New York.

Cela parce que, aujourd’hui, en apprenant les dernières nouvelles, nous
nous retrouvons le cœur plus que jamais rempli de rage et les poumons
aspirant à l’air de la lutte.

Durant la matinée de vendredi 8 avril 2011, nos compagnes et compagnons de
l’ejido de San Sebastián Bachajón récupérèrent à nouveau le guichet
d’accès sis sur les terres leur appartenant, qu’eux-mêmes avaient
installé, et donnant accès aux cascades d’Agua Azul, sur le territoire de
l’ejido de Bachajón. Cette action digne et rebelle, qui constituait un
autre pas en avant dans le processus de construction d’une juste autonomie
pour les peuples indigènes, fut pour nous source de grande inspiration.

Le lendemain 9 avril, plus de 800 agents des forces militaires et
policières, sous les ordres du président PAN répresseur Felipe Calderón et
du gouverneur PRD répresseur Juan Sabines Guerrero, furent envoyés vers le
site du guichet d’accès et expulsèrent violemment les compas du guichet.
Trois personnes sont portées disparues suite à cet acte répressif du
mauvais gouvernement.

On a pu voir une fois de plus ce que l’on savait déjà depuis longtemps :
que les multiples visages du mauvais gouvernement, qu’ils soient priiste,
perrédiste ou pévémiste ne tournent qu’autour d’un seul axe, basé sur la
brutalité, la violence et la répression. C’est un nouvel exemple qui nous
enseigne très clairement que, aux peuples modestes et simples qui
s’organisent de manière autonome pour la dignité et contre le
déracinement, le mauvais gouvernement et ses multiples visages répondent
toujours par l’agression et l’injustice.

De plus, le mauvais gouvernement de Juan Sabines Guerrero s’est récemment
vengé contre nos cinq compagnons - Jerónimo Guzmán Méndez, Domingo Pérez
Álvaro, Domingo García Gómez, Juan Aguilar Guzmán y Mariano Demeza Silvano - toujours prisonniers politiques et otages de l’État, souffrant des
conditions horribles [de détention].

Dans une lettre très touchante et profonde qu’ils nous ont envoyée il y a
peu de jours, ils nous relatent leur réalité quotidienne. Leur parole
forte et digne a touché notre cœur, nous donnant un peu plus encore de
conviction afin de lutter pour leur libération. Nos compagnons nous disent
qu’ils "sont fatigués des mauvais traitements. Parce qu’ils nous donnent à
manger qu’une fois par jour, très peu d’eau, et nous sommes tombés malades
à cause de la mauvaise nourriture qu’ils nous donnent et ils ne nous
donnent aucun médicament. Et à l’heure des visites familiales ils
n’autorisent pas qu’on nous apporte des aliments et ils fouillent nos
proches en les faisant se déshabiller. Pour cette raison depuis ce
pénitencier nous faisons cette dénonciation publique, que vous puissiez
continuer à nous soutenir, et de l’énergie pour la lutte et nous, nous
sommes debout dans ce combat pour défendre nos terres pour notre futur, et
pas pour le gouvernement. Hasta la victoria siempre."

En plus de ce mauvais traitement horrible, ils sont tous les jours forcés
à faire des travaux méprisants. Ils sont aussi menacés d’être enfermés
dans des cellules d’isolement s’ils n’obéissent pas aux instructions du
gouverneur répresseur chiapanèque Juan Sabines Guerrero.

Il est clair que tous ces actes d’agression ont été provoqués en réponse à
la résistance organisée du village de Bachajón et à la pression nationale
et internationale qu’ensemble nous avons développée au travers de nos
actions solidaires durant le "Jour mondial pour la libération des
prisonniers politiques de San Sebastián Bachajón"
et durant la campagne "Cinq
jours d’action mondiale pour les cinq de Bachajón"
. Comme nous l’expliquent
les ejidatarios et ejidatarias de Bachajón, comme eux le disent : "Ce
mauvais gouvernement a mis en œuvre d’autres représailles afin de
continuer à nous mettre la pression afin que nous lui cédions nos terres
et nos ressources." En réaction à tout ce mouvement qui s’est développé
autour du monde pour les cinq de Bachajón, le mauvais gouvernement a
répondu comme il le fait typiquement, de manière violente.

En plus, dans le même registre, l’Organisation mondiale contre la torture
(OMCT) de Genève, Suisse, informe dans une lettre écrite récemment qu’"il
est à craindre que les menaces et les actes de harcèlement [envers les
prisonniers politiques]
soient dus aux actions de solidarité réalisées en
faveur des détenus, et en particulier à la campagne "Cinq jours d’action
mondiale pour les cinq de Bachajón"
ayant eu lieu du 1er au 5 avril 2011.

C’est un symptôme fatal, un symptôme de désespoir qui nous indique que
ceux d’en haut ont dû chercher de nouvelles formes pour se défendre à tout
prix de leur pire ennemi : un village, un peuple organisé.

Malgré les nombreuses menaces et le harcèlement, malgré les hordes de
camions et d’hélicoptères anti-émeute, les sœurs et les frères de San
Sebastián Bachajón n’abandonnent pas mais avancent bien plutôt dans leur
lutte.

Pour cela, nous non plus nous ne pouvons pas abandonner. Il ne faudra pas
se reposer jusqu’à ce que nos cinq frères soient totalement libres,
jusqu’à ce que soient respectées les justes demandes de la communauté de
Bachajón.

Pour cette raison nous proposons ce qui suit :

1. Que nous soyons toutes et tous attentifs et vigilants à l’évolution de
la situation. Que nous soyons prêts et préparés à réaliser immédiatement
des actions d’urgence si quelque type de violence est mis en œuvre par le
mauvais gouvernement contre les ejidatarias et ejidatarios durant les
prochaines semaines.

2. Que nous unissions nos forces à nouveau afin de réaliser Cinq jours de plus d’action mondiale pour les cinq de Bachajón. Afin de continuer à lutter
ensemble pour la libération immédiate des cinq prisonniers politiques de San
Sebastián Bachajón adhérents à l’Autre Campagne et en soutien à la lutte
pour la dignité et l’autonomie que mènent les compagnes et compagnons de
l’ejido de San Sebastián Bachajón.

Grâce à nos actions de solidarité, ensemble nous arriverons à donner de
l’écho à la véritable histoire du village de Bachajón et à sa digne lutte
pour défendre ses terres et ses ressources naturelles contre la rapacité
des entreprises multinationales et de leurs laquais politiques, qui
cherchent chacun à spolier les ejidatarias et ejidatarios du guichet
d’accès afin de s’approprier la richesse naturelle existante sur le
territoire de l’ejido (leur second message vidéo peut être regardé sur le
lien youtube.com).

Chaque fois que nous nous unissons pour dénoncer et défier le mauvais
gouvernement et le néolibéralisme qui font tout cela pour accumuler plus
de richesses, nous ouvrons des brèches inaltérables dans les murs de la
taule qui emprisonne nos cinq frères. Aujourd’hui plus que jamais, il faut
continuer à mettre la pression afin que ces brèches transforment ces murs
en poussières.

Une fois de plus, nous vous invitons à ce que chacune et chacun, partout
sur la planète, à sa manière, réalise des actions afin d’exiger que le
gouverneur répresseur Juan Sabines Guerrero libère immédiatement chacun
des cinq prisonniers politiques.

Nous proposons que toutes et tous ensemble nous unissions nos forces afin
d’organiser des actions - depuis vos localités et avec vos différentes
formes de lutte - comme par exemple des manifestations, des marches, des
actions de rue informatives, la répartition de tracts, des forums publics,
du théâtre, des rassemblements informatifs ou n’importe quelle autre
activité afin de réaliser :

"Cinq jours de plus d’action mondiale pour les cinq de Bachajón"

Nous vous demandons s’il vous plaît que vous nous faisiez savoir le plus
vite possible si vous acceptez notre proposition et si vous participerez.
Vous pouvez communiquer avec nous par courrier électronique :
movimientoporjusticiadelbarrio@yahoo.com

Durant les prochaines semaines nous resterons attentifs, ainsi nous serons
prêts à organiser des actions en urgence si quelque chose de grave arrive
à nos sœurs et frères de San Sebastián Bachajón.

Justice, terre et liberté pour les ejidatari@s de San Sebastián Bachajón !
Vive les femmes de San Sebastián Bachajón !
Que cessent les agressions contre les adhérents de L’Autre Campagne !
Vive les femmes zapatistes !

Nous vous adressons des embrassades d’amour et de solidarité.

Depuis El Barrio, New York.

Mouvement pour la justice du quartier del Barrio
L’Autre Campagne. New York