Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte
Accueil du site > Congrès National Indigène > communautés wiraxika > Communiqué du Conseil régional wixárika pour la défense de Wirikuta

Mezquitic, État de Jalisco, les 9 et 10 juin 2011

Communiqué du Conseil régional wixárika pour la défense de Wirikuta

vendredi 24 juin 2011

À la Caravane nationale pour la paix dans la justice et la dignité,
Au Congrès national indigène,

Étant réunis en la XIIe assemblée du Conseil régional wixárika pour la défense de Wirikuta, dans la localité de Nueva Colonia, communauté de Tapurie-Santa Catarina Cuexcomatitlán, commune de Mezquitic, État de Jalisco, les 9 et 10 juin 2011, nous avons analysé l’important mouvement qui recherche la construction d’une paix dans la justice et la dignité dans notre pays, et nous avons décidé de lui dire notre parole.

Comme vous le savez, des délégations des autorités de nos communautés ont participé à différents moments à cette marche importante et ensuite à la caravane dont la destination est Ciudad Juárez, pour signer un pacte citoyen à caractère national et à l’objectif clair : rétablir notre pays d’une grave maladie qui se manifeste de bien des manières, comme les spoliations, les privatisations, la répression, la discrimination, le manque de valeurs et la destruction des tissus sociaux fondamentaux pour pouvoir vivre ensemble dans notre pays.

Notre territoire, de même que presque tout le pays, est de plus en plus harcelé par des groupes qui fomentent la violence pour défendre les intérêts de quelques-uns, et qui, faisant du narcotrafic leur drapeau, apportent la terreur et mènent des actions destructrices.

Dans le désert de l’État de San Luis Potosí, une entreprise minière veut détruire un de nos principaux sites sacrés dans le désert de Wirikuta, qui est le lieu où est né le Soleil. Les habitants paysans du haut plateau de la région sont enthousiasmés par les emplois et le supposé développement qu’apporte la compagnie minière. Le gouvernement à tous ses niveaux répète avec insistance ces prétendus bienfaits, mais n’explique pas le pourquoi de la pauvreté qu’on vit dans cette zone.

Le gouvernement de l’État de San Luis Potosí a accordé des permis complices à de grandes entreprises agro-industrielles dont les puits ont affecté la disponibilité de l’eau pour les paysans de la zone, elles ont attaqué pendant cinq ans les nuages qui annoncent la fertilité de ces vallées, elles les ont dissous à coups de canons dirigés vers le ciel et d’avions qui les dévastent avec des substances chimiques.

Comment les communautés paysannes de Wirikuta n’attendraient-elles pas désespérément un emploi s’il n’y a pas de pluie ? Nous sommes alarmés par la répression qu’ont subie ceux qui ont décidé d’élever la voix contre ces entreprises, et nous sommes encore plus alarmés par la probable présence de groupes de la délinquance organisée qui sont derrière ces crimes contre l’humanité. L’impunité doit être combattue, et les réseaux de corruption qui la soutiennent aussi, comme le mentionnent les points 3 et 4 du pacte qui est signé aujourd’hui à Ciudad Juárez.

Avec ces actions, ils prétendent assassiner Tatei Yurianaka, notre mère Terre, et ils veulent perpétrer la disparition forcée de tout un peuple, le peuple wixárika.

Nous savons aussi qu’il y a d’autres communautés qui subissent, comme nous, la dévastation et la spoliation de leurs territoires à cause de projets « de développement » et de groupes paramilitaires, comme cela arrive aux frères purhépechas et aux frères nahuas de la montagne et de la côte du Michoacán.

Ces plans et ces projets sont fondés sur des plans de développement des gouvernements, mais mis en œuvre en marge de la loi, au milieu d’une violence croissante qui détruit les tissus sociaux les plus fondamentaux, miroir de la situation de notre pays, c’est pourquoi nous sommes pleinement d’accord avec le point 5 du pacte national.

Nous, nous défendons nos droits collectifs fondamentaux, consacrés dans les conventions internationales et les jurisprudences du Système interaméricain de droits humains. Cependant, nous n’avons jamais été consultés, et en ce sens nous saluons le point 6 du pacte national où ensemble, en tant que peuples du Mexique, nous exigeons une plus grande démocratie participative.

À cause de ce qui précède, nous vous exprimons notre parole urgente, par laquelle nous voulons vous faire savoir notre préoccupation devant le manque de garanties pour le respect de nos cultures, de nos territoires, de notre libre détermination et de notre autonomie.

Aussi nous saluons la Caravane nationale pour la paix dans la justice et la dignité, et bien que nous ne puissions pas être physiquement avec vous, nous nous félicitons de la signature de ce pacte citoyen qui, nous le savons, a une portée historique.

Pour le Conseil régional wixárika pour la défense de Wirikuta :

Pour Tuapurie Santa Catarina Cuexcomatitlán

Juan Torres González,
président du commissariat

Julio de la Cruz Carrillo,
gouverneur traditionnel

Alejandro Carrillo Enríquez,
conseil de surveillance

Pour Wau+ta San Sebastián Teponahuaxtlán

Octaviano Díaz Chema,
président du commissariat

Alfonso Regino Robles,
gouverneur traditionnel

Juventino González de la Cruz,
président du conseil de surveillance

Pour Uwemi Muyewe Bancos de San Hipólito

Santos de la Cruz Carrillo,
président du commissariat

Hermenegildo Carrillo Carrillo,
autorités de Mesa Alteña

Nueva Colonia, Tuapurie Santa Catarina Cuexcomatitlán,
10 juin 2011.

Traduit par el Viejo.
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0