Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte
Accueil du site > Déclarations et fonctionnement des Conseils de bon gouvernement > Le Conseil de bon gouvernement « Nueva semilla que va a producir » dénonce (...)

Déclaration du CBG "Nueva Semilla que va a producir"

Le Conseil de bon gouvernement « Nueva semilla que va a producir » dénonce des menaces et des agressions contre des bases de soutien zapatistes de San Patricio

Conseil de bon gouvernement de Roberto Barrios

dimanche 18 septembre 2011

Caracol V « que habla para todos », Roberto Barrios, Chiapas, Mexique.
Conseil de bon gouvernement « Nueva semilla que va a producir »

Le 12 septembre 2011

À la société civile nationale et internationale,
Aux adhérents de l’Autre Campagne,
À la Sexta internationale,
Aux médias alternatifs,
Aux organismes indépendants des droits de l’homme,
À la presse nationale et internationale,

Le Conseil de bon gouvernement dénonce publiquement et vigoureusement les menaces et les agressions constantes très graves et insupportables dont souffrent nos compagnons et nos compagnes bases de soutien zapatistes de la communauté San Patricio, Commune autonome rebelle zapatiste La Dignité, Chiapas, municipalité officielle de Sabanilla, à cause du mauvais gouvernement par le biais de ses groupes paramilitaires de différentes communautés des municipalités de Sabanilla et Tila qui opèrent dans la zone nord du Chiapas.

1. Le 7 septembre 2011, trois individus parmi les provocateurs paramilitaires, dont les noms sont C. Ambrocio Diaz Gómez, Santiago Diaz Cruz, Miguel Diaz Diaz, se sont présentés au domicile d’une des autorités autonomes de la communauté ; ces trois individus ont dit qu’ils allaient entrer pour envahir et expulser la communauté, parce qu’elle ne paye pas les impôts sur la terre, comme prétexte pour provoquer nos compagnons et compagnes ; et que s’ils ne cédaient pas leurs terres paisiblement, ils les massacreraient tous, et commençant par tuer trois de nos compagnons pour que les autres se réfugient ailleurs sans se défendre.

2. Le 10 septembre 2011, ces groupes paramilitaires se sont rapprochés de la communauté et ont tiré des coups de feu près de la communauté. À 22 h 45, environ 100 individus de ces groupes paramilitaires se sont positionnés à 200 mètres de la communauté, où ils ont établi un campement à l’endroit où se trouve la grande maison qui appartenait au « finquero » (propriétaire terrien, ndt), récupérée par les compagnons.

3. À l’aube du 11 septembre 2011, on pouvait voir que le campement était déjà installé avec des bâches rouges accrochées à deux endroits. Le même 11 septembre au matin, à 6 heures, plusieurs coups de feu ont été entendus au même endroit ; à 10 heures du matin, le même jour, ils ont commencé à couper tous les bouquets d’arbres dont on peut récupérer le bois qui étaient conservés dans le cadre du travail collectif communautaire pour l’usage commun des compagnons et compagnes. Le même jour, ils ont récupéré tout le maïs qui était dans les milpas (champs de maïs, ndt) autour de leur campement et l’ont amené chez eux. À la même date, ils ont sacrifié deux porcs, les ont préparés tout près de la communauté et un autre, qui appartient à un compagnon base de soutien de l’EZLN est revenu blessé d’un coup de machette.

À 15 heures, ce 11 septembre, il y a eu plusieurs autres coups de feu et à 15 h 20 on en a enregistré d’autres dans leurs campements. Ils ont commencé à faire des dégâts là où se trouvent leurs campements, en détruisant les clôtures des pâturages collectifs et ils ont brûlé 18 hectares de ces pâturages.

4. À l’aube du 12 septembre, les groupes paramilitaires ont tiré plusieurs coups de feu avec leurs armes de gros calibre.

Ces groupes paramilitaires appartiennent à différentes communautés comme Ostelukum, El Porvenir, de la municipalité officielle de Tila et de la communauté El Naranjo de la municipalité officielle de Sabanilla.

De la communauté d’Ostelukum de la municipalité officielle de Tila, les noms des dirigeants paramilitaires sont : C. Mario Vázquez Cruz, chauffeur de patrouille de la municipalité déjà mentionnée, C. Rogelio Ramírez Vázquez, dirigeant des agresseurs paramilitaires, originaire de la communauté El Porvenir, de la municipalité officielle de Tila. D’autres intimidateurs de nos compagnons et compagnes sont habitants de la municipalité officielle de Sabanilla, les noms identifiés sont C. Samuel Diaz Diaz, Marcelino Diaz Diaz, Alfredo Cruz Martinez, Abraan Diaz Diaz, Alfredo Oiaz Cruz, Esteban Diaz Diaz et Arturo Cruz Martinez. Il y a aussi d’autres personnes des communautés suivantes de la municipalité officielle de Sabanilla : Ejido Los Naranjos, communauté Velasco Suarez, Ejido Unión Hidalgo, dont les intentions sont aussi d’entrer sacrifier les vaches et les animaux de la communauté.

À la même date du 11 septembre, le dirigeant paramilitaire Samuel Diaz Diaz a menacé C. Manuel Cruz Gusman qui est autorité officielle, commissionné de San Patricio, disant qu’ils doivent être expulsés de la communauté et que les armes à feu sont prêtes, et qu’elles sont de différents calibres.

Ces délinquants paramilitaires qui volent dans les différentes communautés, agissent maintenant contre nos compagnons et nos compagnes, les surveillent dans leurs milpas et sur les chemins, aux abords de la communauté, jour et nuit et les compagnons et les compagnes bases de soutien de l’EZLN ne peuvent plus aller travailler.

Nos compagnons et compagnes bases de soutien de l’EZLN souffrent des conséquences du manque d’aliments et de bois. Les envahisseurs paramilitaires sont répartis dans les alentours, sur les chemins pour que si certains de nos compagnons et compagnes sortent chercher ce dont ils ont besoin, ils puissent les arrêter pour les interroger, les torturer et les assassiner.

Pour tous ces actes délictueux déjà mentionnés et tout ce qui pourrait arriver, nous rendons responsables le gouvernement fédéral, Felipe Calderón Hinojosa, le gouvernement de l’État, Juan Sabines Guerrero, le président municipal de Sabanilla Jenaro Vázquez López et la présidente municipale de Tila Sandra Luz Cruz Espinoza, parce que nos compagnons et compagnes sont en grave danger.

Nous n’allons pas permettre que le mauvais gouvernement organise d’autres groupes pour nous reprendre la terre récupérée parce qu’elle l’a été au prix du sang de nos compagnons et compagnes tombés en 1994, c’est la raison pour laquelle nous la défendrons comme il se doit.

CORDIALEMENT
GOUVERNER EN OBÉISSANT
CONSEIL DE BON GOUVERNEMENT DU CARACOL V « QUE HABLA PARA TODOS »
ROBERTO BARRIOS CHIAPAS MEXIQUE.

ENRIQUE CRUZ HERNANDEZ
LEONEL GUSMAN SANCHEZ
JUVENTINO JIMENEZ PEREZ
GERARDO GOMEZ LOPEZ
DAMIAN LOPEZ PEREZ
AURELIA JIMENEZ PEÑATE

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0