Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte
Accueil du site > Articles de presse > Les peuples indiens du Morelos se défendent

Ceux et celles d’en bas

Les peuples indiens du Morelos se défendent

Gloria Muñoz Ramirez

vendredi 2 mars 2012

Mines, centres touristiques, routes, ports, projets immobiliers juteux, et tout ce qui peut leur venir à l’esprit dans des territoires qui ne leur appartiennent pas, tout cela est planifié, et bien souvent déjà en état de marche sur des terres communales des peuples indiens. C’est le cas de l’entreprise Casas GEO qui a planifié la construction de 7 000 logements au-dessus du territoire sacré de plusieurs communautés de l’État du Morelos, sur la colline de La Tortuga, commune de Zacatepec.

Mais ici, comme dans de nombreux endroits du Mexique, les entreprises et les gouvernements se heurtent à la résistance de peuples qui défendent ce qui leur appartient. Et, c’est précisément pour s’organiser, échanger des expériences de lutte avec d’autres communautés et élaborer des propositions communes pour éviter la spoliation que l’Assemblée des Peuples du Morelos se réunit ce samedi dans le lieu connu comme « Matarratera » où campent les protestataires.

La communauté indigène de Tetelpa accuse Casas GEO d’agir en complicité avec le président municipal de Zacatepec, José Carmen Cabrera Santana et de prétendre s’approprier 100 ha carrés du territoire communal, détruisant la faune et la flore de la forêt caducifoliée. Ce terrain, pour couronner le tout, fait partie intégrante de leur centre cérémoniel.

Les négociations avec le gouvernement de l’État du Morelos ont été infructueuses et maintenant, en plus, on intimide la communauté avec l’installation de barrages policiers et militaires à 500 mètres, à peine, du campement qu’elle maintient pour défendre son territoire. En outre, la communauté dénonce aussi le fait que le 3 février dernier, date de la troisième réunion de négociation, l’entreprise constructrice ait engagé des chauffeurs et des travailleurs qui ont bloqué les rues aux abords du Parlement. Puis« ils ont essayé de forcer la porte d’accès à l’enceinte législative pour envenimer la situation, provoquer un affrontement avec les habitants de Tetelpa qui étaient là et protéger la retraite des actionnaires de Casas Geo qui n’avaient pas accepté de dialoguer avec la commission présente ».

Dans le même ordre de violence, les membres de la communauté dénoncent le fait que, ces derniers jours, Casas Geo ait engagé « des transporteurs et des hommes de mains pour casser la mobilisation ». C’était une action dirigée par Edgar Adame Castillo, frère du gouverneur.

Les défenseurs de la colline de La Tortuga exigent du gouvernement de l’État du Morelos qu’il « cesse de recourir à la violence » pour résoudre le conflit créé par Casas GEO et qu’il convienne de la date de la troisième réunion de négociation pour en finir avec la voracité de l’entreprise et annuler définitivement le projet immobilier qui ne fait qu’apporter la destruction à nos ressources naturelles ». Et enfin, que la Commission Gouvernementale de l’Eau et de l’Environnement décrète la Colline de La Tortuga zone naturelle protégée.

Gloria Muñoz Ramirez

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0