Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte

Accueil > Résistances > De la forêt Lacandone à la jungle parisienne... Défense de nos terres et (...)

Dimanche 18 novembre - 17h au 33 rue des vignoles, Paris 20e (Métro : Buzenval ou avron)

De la forêt Lacandone à la jungle parisienne... Défense de nos terres et territoires de luttes

Soirée de solidarité pour la protection du 33 rue des Vignoles contre la spéculation et la gentrification de nos quartiers

dimanche 11 novembre 2012

JPEG - 205.2 ko

- Projection - présentation de la lutte pour les Vignoles
- information sur les luttes au Chiapas et au Mexique
- repas et musique - (prix libre)

Organisé par le Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en
lutte (CSPCL)


Le rôle du 33 rue des Vignoles dans la lutte avec le Mexique en rébellion

Le 1er janvier 1994, aux cris de « Ya Basta », l’Armée zapatiste
de libération nationale (EZLN) s’emparait des principales villes du
Chiapas (Mexique). C’est le début d’une grande histoire de
solidarité, notamment en France, qui est en partie ancrée dans un
petit passage du 20e arrondissement de Paris.

En effet, face à la répression contre les communautés zapatistes,
un Collectif de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte
(CSPCL) s’est constitué au 33 rue des Vignoles, Paris 20e, locaux de
la Confédération nationale du Travail (CNT). Le CSPCL qui fonctionne
sur la base d’une Assemblée ouverte chaque mercredi, à partir de
20h30, continue encore aujourd’hui, sans discontinuité son travail de
solidarité et de lien des luttes entre ici et là-bas.

En juin 1995, répondant à l’appel d’Amado Avendaño Figueroa,
gouverneur en rébellion de l’Etat du Chiapas, les locaux de la CNT
deviennent l’Ambassade du Mexique en rébellion. Cette Ambassade en
Rébellion, « sans ambassadeur », soutenant la Convention nationale
démocratique (CND), organisée par les zapatistes et le gouvernement
rebelle de transition d’Avendaño, s’était fixée pour objectifs de
manifester publiquement l’illégitimité de l’ambassadeur officiel du
gouvernement mexicain, de devenir un « relais alternatif entre le
Mexique et la France, en se situant comme ambassade du peuple
mexicain et de la société civile », de « donner un nouvel élan
aux initiatives de solidarité », et de « faire connaître la
situation véritable dans le pays ». Plus tard, la même année, de
passage à Paris, Amado Avendaño en tant que gouverneur en rébellion
et après avoir écouté l’histoire du 33 rue des Vignoles et
rencontré des militants de la CNT et des réfugiés espagnoles de la
Guerre d’Espagne déclara officiellement ce lieu Aguascalientes,
faisant référence aux Aguascalientes des zones zapatistes.

Depuis lors, les locaux du 33 rue des Vignoles ont accueilli de
nombreuses délégations du Mexique en rébellion : délégués venant
de la Ville de Mexico ou des états de Puebla, Oaxaca, Guerrero,
Chiapas, etc., membres du Conseil National Indigènes, de l’APPO, de
VOCAL, du FPDT d’Atenco, de l’Autre campagne... Ce fut également le
lieu de plusieurs Rencontres françaises ou européennes des réseaux
de solidarité avec la lutte zapatiste, ainsi que de diverses
initiatives dans le cadre de la « Campagne 20 et 10 : le Feu et la
Parole ». C’est aussi au 33 rue des Vignoles que s’est créé un
réseau d’échanges solidaires pour l’importation du café produit par
les coopératives zapatistes.

Aujourd’hui la Mairie de Paris menace la CNT de récupérer ses
locaux. Pour le CSPCL le combat pour préserver notre lieu de
réunion, de lutte et d’échanges qu’est le 33 rue des Vignoles,
s’intègre tout naturellement à la campagne zapatiste de défense
des « terres et territoires ». C’est dans ce cadre que le CSPCL a
décidé d’organiser cette soirée de solidarité du 18 novembre pour
qu’Encore longtemps dans les locaux du 33 rue des Vignoles, on
continue à entendre le cri de « ZAPATA VIVE ! LA LUCHA SIGUE... ».

Comité de solidarité avec les Peuples du Chiapas en lutte (CSPCL)