Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte
Accueil du site > Déclarations et fonctionnement des Conseils de bon gouvernement > Le CBG « Cœur central des zapatistes devant le monde » dénonce les agressions, (...)

Dénonciation du CBG "Coeur central des zapatistes devant le monde"

Le CBG « Cœur central des zapatistes devant le monde » dénonce les agressions, provocations, menaces, spoliations et violences de personnes affiliées à des partis politiques à San Marcos Avilés.

Caracol II d’Oventik "Résistance et Rébellion pour l’Humanité", zone Altos du Chiapas

mardi 30 avril 2013

CONSEIL DE BON GOUVERNEMENT

« CŒUR CENTRAL DES ZAPATISTES DEVANT LE MONDE »

SNAIL TZOBOMBAIL YU’UN LEKIL J’AMTELETIK

TA O’LOL YO’ON ZAPATISTA TA STUK’IL SAT YELOB SJUNUL BALUMIL

LE 20 AVRIL 2013

À L’OPINION PUBLIQUE LA PRESSE NATIONALE ET INTERNATIONALE À LA SOCIÉTÉ CIVILE NATIONALE ET INTERNATIONALE AUX ORGANISMES DE DROITS HUMAINS AUX MÉDIAS ALTERNATIFS AUX ADHÉRENTES ET ADHÉRENTS DE LA OTRA CAMPAÑA AUX ADHÉRENTES ET ADHÉRENTS DE LA SEXTA FRÈRES ET SŒURS,

NOUS, CONSEIL DE BON GOUVERNEMENT « CŒUR CENTRAL DES ZAPATISTES DEVANT LE MONDE », DONT LE SIÈGE EST À OVENTIC, CARACOL II « RÉSISTANCE ET RÉBELLION POUR L’HUMANITÉ », ZONE ALTOS DE CHIAPAS, NOUS DÉNONÇONS LES MULTIPLES AGRESSIONS, PROVOCATIONS, MENACES, SPOLIATIONS ET LES ATTITUDES ARROGANTES, VIOLENTES ET GROSSIÈRES DE LA PART DES PERSONNES AFFILIÉES AUX PARTIS POLITIQUES ET DE LEURS AUTORITÉS DE LA COMMUNAUTÉ DE SAN MARCOS AVILÉS, COMMUNE OFFICIELLE DE CHILÓN.

Dans notre dernière protestation, le 1er juillet 2011, nous avons fait connaître tous les abus des personnes affiliées à différents partis politiques et soutenues par les trois niveaux de mauvais gouvernements officiels [la commune, l’État et la Fédération, NdT] ; depuis cette date n’ont pas cessé les agressions, menaces, vols, destructions de cultures et harcèlement dirigés par Lorenzo Ruiz Gómez contre nos compañeros bases de soutien zapatistes dans la communauté de San Marcos Avilés ; nous mentionnons ci-dessous la suite de ces événements :

1. Le 29 juillet 2011 les compas de San Marcos Avilés se sont aperçus que l’un des agresseurs avait passé un marché avec un autre adhérent de parti de la communauté de Tacuba pour échanger un téléphone mobile contre un flingue. Et voyez, c’était une carabine à 16 coups de calibre 22, et après il allait montrer l’arme partout, et il a visé avec la fille d’un compa, Juan Velasco Aguirre. Un autre compa s’est rendu compte qu’il emportait le flingue à la plantation de café dont ils avaient dépouillé les compas.

L’agresseur s’appelle Santiago Cruz Díaz ; il dit qu’il a acheté l’arme pour tuer quelques zapatistes et l’utiliser aussi contre les observateurs internationaux.

2. Le 1er août 2011, les agresseurs sont allés à Chilón parler avec leur ex-président municipal, le comptable Antonio, et le comptable a dit aux agresseurs qu’il allait les aider pour leurs problèmes. L’ancien président municipal a dit qu’il allait demander une audience à Tuxtla, et il a demandé aux agresseurs de faire un procès-verbal qui serait signé par tout l’ejido, y compris les femmes et les jeunes. Dans ce procès-verbal, ils devaient dire que tout ce dont on les accuse dans les protestations du conseil de bon gouvernement et du Centre de droits humains Frayba, tout ça, c’est des mensonges.

3. Le 17 janvier 2012, notre compañero base de soutien Gerardo et ses compañeros étaient en train de récolter leur café de façon collective. Alors qu’il y avait 8 bases de soutien zapatistes dans la plantation, vers 11 h 30, ils se sont retrouvés face au petit chef Lorenzo Ruiz Gómez du Parti Vert (PV) et à son fils Ismael Ruiz Núñez. Ces gens du parti, principalement Juan Velasco Mendoza, ont commencé à dire que la plantation n’est pas aux compas, et qu’ils devaient sortir de là gentiment, sinon, ils verraient de quelle manière on les ferait sortir. Ils ont dit aussi que les bases de soutien ne valaient rien, que les observateurs internationaux ne valaient pas mieux, et encore que le FRAYBA ne valait rien et le conseil de bon gouvernement, pareil.

4. Le 18 janvier 2012, Vicente Ruiz López, du PRI, et ses fils Vicente Ruiz Méndez, aussi du PRI, et Samuel Ruiz Méndez ont coupé 100 pieds de café et arraché des christophines de la parcelle de notre compañero base de soutien Gerardo. Ceux des partis ont dit qu’ils allaient continuer à faire ça et ils ont répété les mêmes paroles.

5. Le 9 février 2012, concernant les compañeros Javier Ruiz Cruz et José Hernández Ruiz, le premier, propriétaire d’une parcelle de caféiers. Vers 13 h ont été détruits 108 plants de café, 94 arrachés jusqu’à la racine, 14 coupés au tronc. Les plants les plus jeunes avaient un an, la majorité des plants avait deux ans, mais à la lisière de la partie supérieure ont été trouvés entassés 35 pieds jetés dans un ravin en direction de la communauté de Tacuba Nueva ; selon la valeur économique de ces plants, leur prix moyen serait de 130 pesos le pied, leur valeur totale est de 14.040 pesos.

6. Le 19 février on a entendu à la radio le commissaire ejidal Ernesto López Núñez et l’agent Aristeo Canté Cruz qui accusaient le base de soutien zapatiste Mariano Pérez d’avoir jeté un caillou à une voiture qui passait sur la route. Les maisons de nos bases de soutien qui ont été accusés de la sorte ont été attaquées à coups de pierres.

7. Le 21 février 2012, ceux des partis barrent la route avec des pierres vers 21 h en face de l’école autonome, mais le commissaire ejidal de San Marcos accuse les bases de soutien zapatistes qui habitent en face de l’école d’avoir bloqué la route.

8. Le 28 février 2012, ont été coupés à la machette ou arrachés 75 plants de la milpa [terrain individuel destiné à l’autoconsommation, NdT] du compañero Enrique Pérez Núñez. De même, au compañero Enrique Canté López, on lui a volé 100 calebasses sur son terrain ; c’est ceux du parti officiel qui lui ont fait ça.

9. Le 2 mars 2012, Enrique Pérez Núñez a parlé avec l’un des agresseurs qui lui a dit que ceux du parti ont un nouveau plan pour déloger nos compañeros bases de soutien zapatistes. Ils disent aussi qu’ils vont passer à la deuxième étape pour priver de leurs droits nos compañeros bases de soutien, et continuer à détruire ou à voler les milpas de nos compañeros parce que ces agressions n’ont pour eux aucune conséquence. Vers 21 h le même jour, les membres de partis Lorenzo Ruiz Gómez et son fils Andrés Ruiz Núñez sont revenus à la communauté de Tacuba ; ils se sont arrêtés pour donner des coups de pieds dans les planches de la maison du base de soutien Diego Velasco Aguilar, de là, ils ont continué vers la maison du base de soutien Juan Velasco Mendoza, ils ont jeté un caillou dessus, et aussi un autre caillou sur l’école autonome zapatiste ; et ils criaient que les zapatistes ne valent rien pour eux, qu’eux, ils ont des armes de calibre 38 (pistolet), de calibre 16 (fusil de chasse), et des cartouches ; et aussi qu’ils avaient une arme « cuerno de chivo » [arme de guerre, NdT] et des armes longues qu’utilisent les militaires, et bien équipées avec deux chargeurs. Quand ces deux membres de partis sont arrivés chez eux, ils ont tiré 5 fois en l’air avec le pistolet calibre 38, en disant qu’ils n’avaient pas peur du tout parce qu’ils étaient formés avec des armes.

10. Le 27 mars 2012, nos compañeros bases de soutien se trouvaient en prière dans l’église à midi. Le compa Juan Pérez Núñez a été victime d’un vol chez lui. Ils ont cassé le bois de sa maison, en bas, et creusé la terre, et ils ont réussi à sortir un sac de grain sec de café de 50 kilos.

11. Le 31 mars 2012, ceux des partis et les agresseurs ont tenu une assemblée. Le premier point qu’ils ont traité était l’accord auquel ils étaient parvenus sur les compas qui avaient coupé quelques pins ; ils leur ont totalement interdit de couper encore du bois, et s’ils le faisaient, disaient-ils, ils attraperaient nos compañeros qui seraient conduits à la municipalité officielle de Chilón (Chiapas), y compris le propriétaire de la tronçonneuse ; les commissaires de l’ejido, l’agent et leurs aides ont dressé un procès-verbal de l’accord signé par les 70 membres de l’ejido, disant au bûcheron où il ne devait plus couper d’arbres pour les compas et l’obligeant à signer le procès-verbal.

Le deuxième point : ils se sont mis d’accord pour que les 70 membres de l’ejido fassent la demande pour bénéficier du programme « Final ». Le commissaire a dit que si quelqu’un s’opposait il serait expulsé de la communauté. Et ils ont dit aussi que, comme les compañeros bases de soutien ne paient pas l’impôt foncier annuel, quand aura lieu la prochaine mesure des terrains, les compas devront céder leurs droits à leurs enfants. Que comme ça, ces membres de l’ejido seront traités comme des animaux et n’auront plus le droit de cultiver leur milpa, ni celui de couper du bois pour la cuisine.

Le troisième point : ils se sont mis d’accord pour que les compas qui ne paient pas la facture d’électricité aient leur évacuation d’eaux usées bouchée, dans chaque maison de nos compas.

ÉVÉNEMENTS DEPUIS LE DÉBUT DE L’ANNÉE 2013

Le 25 janvier 2013, à 7 h du matin, un agresseur de la communauté San Marcos, du nom de Pedro Canté Mendoza, est arrivé sur le terrain de notre compañero base de soutien zapatiste Diego Velasco Aguilar pour voler 100 pieds de café qui étaient déjà plantés.

Le 26 janvier 2013, un groupe d’agresseurs : Vicente Ruiz López, Alejandro Ruiz Núñez, Rubén Martínez Vázquez, Tomás Hernández Aguilar, José Cruz Hernández, Manuel Vázquez Gómez, Santiago Cruz Díaz, Abraham Canté López, Carlos Ruiz Gómez et Ernesto López Núñez, ont envahi une partie du terrain de notre compañero base de soutien José Hernández Ruiz ; ils lui ont coupé aussi 100 pieds de bananier.

Le 27 janvier 2013, vers 16 h, deux agresseurs nommés Sócrates Ruiz Núñez et Ismael Ruiz Núñez, tous deux fils du leader des agresseurs Lorenzo Ruiz Gómez, sont arrivés au terrain du compañero Pedro Canté López pour arracher 100 pieds de caféier ; ils en ont emporté 16.

Ces agresseurs-là, ce n’est pas la première fois qu’ils commettent ce genre de chose ; en bien des occasions déjà, ils ont volé de la canne à sucre sur le terrain de notre compañero.

Le 29 janvier 2013, un compañero base de soutien, Javier Ruiz Cruz, nous a informés qu’il a un terrain de 32 mètres sur 25 au bord d’une lagune, mais les agresseurs ont clôturé la lagune en envahissant une partie du terrain de notre compañero Javier Ruiz Cruz ; à cet endroit, on ne sait pas pourquoi ils ont clôturé, mais il y a des rumeurs selon lesquelles il s’agit de la construction d’un camp militaire.

Le 6 février 2013, ils sont venus la nuit voler des poules à notre compañero base de soutien Miguel Gómez Guzmán ; il n’a pas réussi à identifier qui c’était, mais ce qu’on sait c’est que c’était un des agresseurs.

Le 8 février 2013, à midi, il a trouvé attaché dans sa plantation de café un cheval qui appartient à l’un des agresseurs du nom de Santiago Cruz Díaz, membre du parti PRI. Ce n’est pas la première fois que cet agresseur attache son cheval à l’intérieur de la plantation de notre compañero, il l’a déjà fait plusieurs fois.

Le 11 février 2013, notre compañero Manuel Hernández López a été informé par quelques-uns des agresseurs, Ernesto López Núñez, commissaire ejidal, Manuel Vázquez Gómez, du Conseil de surveillance et Juan Pérez Mecía, agent auxiliaire, appartenant au parti PRI, qu’avait été envoyée une liste de noms des compañeros bases de soutien à la Commission fédérale d’électricité (CFE) de Yajalón parce qu’ils ne payaient pas l’impôt sur le courant électrique. Ces agresseurs ont demandé le soutien à d’autres communautés voisines de celle-ci pour menacer les compañeros et compañeras bases de soutien de leur couper le service d’électricité.

Le 12 février 2013, on a volé à notre compañera base de soutien Gloria Martínez Vázquez, chez elle, deux pièces de broderie, alors qu’elle se trouvait dans sa plantation à récolter du café ; la valeur de chaque broderie est de 500 pesos, soit 1000 pour les deux.

Le 3 mars 2013, les agresseurs et les autorités du parti se sont réunis à 8 h du soir avec le principal petit chef Lorenzo Ruiz Gómez, et il a dit qu’il n’y avait pas d’autre manière que d’assassiner ceux qui circulent près de leurs maisons, et d’assassiner d’abord les enfants de nos compañeros, et que c’était le travail qu’il allait faire en tant que principal petit chef, lui, Lorenzo Ruiz Gómez, qui est policier municipal de Chilón ; il a demandé aussi à ses autres complices d’assassiner notre compañero Juan Velasco Aguilar et les autres compañeros bases de soutien zapatistes, et ils ont dit que tout était prêt pour assassiner nos compañeros et qu’ils avaient assez d’armes pour ça.

Le 9 mars 2013, alors que notre compañero Juan Velasco Aguilar et d’autres compañeros étaient en train de travailler, à environ 50 mètres se trouvaient trois fils des agresseurs qui s’appellent Vicente Ruiz Méndez (PRI), Luis Vásquez López (Parti Vert) et Samuel Vásquez López (PV aussi), d’une vingtaine d’années. Ces trois fils des agresseurs ont fait tinter quinze fois leurs machettes contre une pierre en guise de menace envers nos compañeros.

Le 13 mars 2013, on a arraché 7 pieds de café récemment plantés à notre compañero Agustín Pérez Núñez ; l’agresseur a été identifié : Óscar Canté López, du Parti Vert.

Le 17 avril 2013, le président municipal de Chilón a envoyé un bulldozer à San Marcos Avilés pour aplanir un terrain de 32 mètres sur 25, propriété d’un compañero base de soutien, Javier Ruiz Cruz, et le bulldozer a commencé à travailler protégé par 120 personnes des différents partis politiques de la même communauté de San Marcos Avilés. Notre compañero base de soutien n’a rien pu faire pour défendre sa propriété.

Le lendemain 18 avril, le bulldozer a continué à travailler sur le terrain entouré de la même quantité de personnes membres de partis que la veille et de 7 camions pour charger le gravier. Même si jusqu’à présent nous ne savons pas dans quel but ils sont en train d’aplanir et de combler le terrain de notre compañero.

Pour attester ces faits mentionnés, nous disposons des témoignages des observateurs nationaux et internationaux installés dans un campement d’observation dans l’ejido San Marcos Avilés.

Ces faits de provocation, d’agression et de spoliation des propriétés de nos compañeros, nous en rendons directement responsables MM. Lorenzo Ruiz Gómez, du Parti Vert, José Cruz Hernández, du PRI, Rubén Martínez Vásquez (PV), Santiago Cruz Díaz (PRI), Vicente Ruiz López (PRI), Manuel Díaz Ruiz (PV), Ernesto López Núñez (PRI) nouveau membre du commissariat de l’ejido, Manuel Vásquez Gómez (PRI), Alejandro Núñez Ruiz (PRI), Víctor Núñez Martínez (PV), Víctor Díaz Sánchez (PV), José Hernández Méndez (PRI), Tomás Hernández Aguilar (PV), Ernesto Méndez Gutiérrez (PV), Raúl Canté López (PV), Abraham Canté López (PRI), Gustavo Canté López (PV), Juan Pérez Cruz (PRI), Rogelio Ruiz Gómez (PV), Carlos Ruiz Gómez (PV), Pedro Canté Mendoza (PV), Carmelino Hernández Hernández (PRI), Rodolfo Ruiz Pérez (PRI), Antonio Canté Mendoza (PV), Nicolas Canté Cruz (PV), Pedro Canté Cruz (PV), Vicente Ruiz Méndez (PRI), Manolo Cruz Díaz (PRI), Antonio Gómez Pérez ( ? ), Ezequiel Cruz Vásquez (PV), Cruz Gómez (PV), Sebastián Díaz Vásquez (PV), Manuel Canté Gómez II (PV), Domingo Guzmán Gómez (PV), Celestino Guzmán Cnaté (PV), Rogelio Núñez Martínez (PV), Pedro Hernández Méndez (PRI), Juan Núñez Martínez (PV), Rusbel Hernández Núñez Martínez (PV), Alejandro Hernández Sánchez (PV), E.M.A. Ruiz Gómez (PV), José Hernández Méndez (PV).

En tant que Conseils de bon gouvernement de la zone Altos de Chiapas depuis les années précédentes, nous avons dénoncé tous les actes honteux de ces personnes membres de partis qui veulent toujours provoquer davantage de problèmes entre les indigènes de la même communauté, qui sont organisés par le précédent gouverneur de l’État Sabines, et l’actuel Manuel Velasco Coello. Mais malheureusement, les trois niveaux de gouvernements officiels n’ont rien fait pour arrêter les injustices et la violation des droits humains qui sont commises contre nos compañeros bases de soutien de l’ejido San Marcos Avilés. La réponse à nos dénonciations n’a été que grossièretés, moqueries et nouvelles menaces contre nos compañeros.

Nous, en tant que Conseil de bon gouvernement, nous ne cesserons pas de dénoncer publiquement les provocations, persécutions et agressions que subissent nos compañeros et compañeras de n’importe quelle communauté ou municipalité de notre zone. Même si les mauvais gouvernements de l’État, des municipalités ou de la Fédération continuent à soutenir, conseiller et épauler les agresseurs, pour qu’ils continuent à provoquer, à menacer et à priver de leur droit nos bases de soutien zapatistes. Parce que jusqu’à présent, il n’y a aucun signe qu’ils abandonnent cette attitude agressive et méprisante des mauvais gouvernements et de leurs gens affiliés aux différents partis politiques.

Parce qu’ils croient qu’ainsi, ils vont arrêter notre lutte avec des provocations, des menaces, des agressions et des persécutions contre les villages zapatistes qui sont en train de lutter pour notre autonomie en tant que peuples originaires. Mais nous voulons que tout le monde sache que cette lutte que nous menons, personne ne va l’arrêter, parce que nous, les zapatistes, nous continuerons à aller de l’avant, quoi que ça nous coûte, quoi qu’il nous arrive, parce que c’est notre droit et notre obligation de lutter pour la justice, pour la liberté et pour la véritable démocratie.

Pour l’instant, c’est là toute notre parole. Nous resterons attentifs à ce qui pourra arriver dans cette communauté où on ne laisse pas vivre en paix nos compañeros et compañeras.

Bien à vous,

Manuel Pérez Jiménez,

Secilia López Hernández,

David Gómez Gómez,

Susana Gonzales Ruiz.

http://enlacezapatista.ezln.org.mx/...

Traduit par El Viejo

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0