Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte
Accueil du site > Déclarations et fonctionnement des Conseils de bon gouvernement > Le Conseil de Bon Gouvernement « Hacia la Esperanza » dénonce vigoureusement (...)

Le Conseil de Bon Gouvernement « Hacia la Esperanza » dénonce vigoureusement les paramilitaires de la CIOAC organisés par les trois niveaux des mauvais gouvernements contre nos bases d’appui de l’Armée Zapatiste de Libération Nationale - EZLN

mardi 13 mai 2014

Conseil de bon gouvernement Vers l’espérance
Caracol I
Mère des caracoles, mer de nos rêves
La Realidad, Chiapas, Mexique
5 mai 2014

DÉCLARATION PUBLIQUE

À la société civile nationale et internationale Aux élèves de la Petite École Aux compañer@s de La Sexta au Mexique et dans le monde Aux organismes indépendants des droits humains Aux médias alternatifs À la presse nationale et internationale À toutes les personnes honnêtes du Mexique et du monde

Compañeros et compañeras, frères et sœurs, nous dénonçons vigoureusement les paramilitaires de la CIAOC organisés par les trois niveaux des mauvais gouvernements contre nos bases d’appui de l’Armée Zapatiste de Libération nationale – EZLN.

Parce que le 16 mars de l’année en cours, quand nous étions en train de mener une campagne de l’autre santé autonome avec nos villages zapatistes, dans la commune autonome Général Emiliano Zapata, à Amador Hernández, les paramilitaires de la CIOAC de La Realidad ont arrêté notre camionnette du Conseil de Bon Gouvernement qui transportait les médicaments pour notre campagne, prenant comme prétexte les deux camions de gravier qu’ont apporté nos compañeros bases d’appui de la Realidad, pour la construction d’un dortoir pour les promoteurs et les promotrices de la clinique autonome municipale de la commune de San Pedro Michoacan à La Realidad.

1.- Comme prétexte : avant il y avait un accord pour l’usage du gravier. Mais les paramilitaires de La Realidad l’utilisent pour construire des poulaillers et des porcheries données par les mauvais gouvernements pour leur servir de maison digne ; mais les paramilitaires ne permettent plus que nos compañeros utilisent ce gravier, c’était donc le prétexte de tout ça. En tant que paramilitaires, organisés par les trois niveaux de mauvais gouvernements, préparés pour la campagne de contre-insurrection, ils ont provoqué nos compañeros zapatistes et se sont attaqués au Conseil de Bon Gouvernement, parce qu’au lieu d’arrêter le camion qui transportait le gravier, ils ont arrêté le véhicule qui était au service de la santé de milliers de zapatistes ; ils n’ont pas voulu comprendre pour trouver une solution, et les dirigeants des paramilitaires de la CIOAC sont Javier López Rodríguez, commissaire de l’ejido, Carmelino Rodríguez Jiménez, agent des paramilitaires, Jaime Rodríguez Gómez, Eduardo Santiz Santiz, Álvaro Santiz Rodríguez, Oscar Rodríguez Gómez. C’est un prétexte de provocation que le gravier, parce qu’il y a un accord de la communauté et que le gravier est communal, les paramilitaires de la CIOAC de La Realidad utilisent le gravier pour la construction de porcheries que le mauvais gouvernement appelle maisons dignes. Alors les compañeros ont pensé qu’ils avaient aussi le droit de l’utiliser. Les paramilitaires de La Realidad sont payés, organisés, dirigés et entraînés pour les trois niveaux des mauvais gouvernements pour nous diviser, provoquer les peuples zapatistes et le gouvernement autonome zapatiste, ils ont retourné la situation et sont allés contre le Conseil de Bon Gouvernement. Comme Conseil, nous avons voulu résoudre le problème mais ils n’ont rien voulu entendre, parce que ce sont les dirigeants paramilitaires de la CIOAC de La Realidad qui mènent leurs hommes contre le Conseil de Bon Gouvernement et comme ça, ça n’a pas pu être résolu et ils ont emmené en la tirant la camionnette du Conseil de Bon Gouvernement jusqu’à la Maison de l’Ejido et elle est encore entre leurs mains.

2.- Voyant ça, en tant que Conseil de Bon Gouvernement, nous croyions qu’il y avait un accord avec les autres dirigeants paramilitaires de la CIOAC Historique, c’est-à-dire les leaders paramilitaires Luis Hernández, José Antonio Vázquez Hernández, Roberto Alfaro Velasco, Alfredo Cruz Calvo, Juan Carlos López Calvo, Romeo Jiménez Rodríguez, Víctor García López, Conrado Hernández Pérez, Gustavo Morales López et Roberto Méndez Vázquez, accompagnés de certains de leurs militants comme Adrián López Velásquez, Cesar Hernández Santiz de la communauté Victoria la paz, Bernardo Román Méndez, Enrique Méndez Méndez, del Ejido Miguel Hidalgo, Misael Jiménez Pérez, Vidal Jiménez Pérez, Marconi Jiménez Pérez de Guadalupe Tepeyac, Ismael Garcia Perez de San José la esperanza, et d’autres complices qui manœuvrent en dehors : Gilberto Jiménez Hernández, Delmar Jiménez Jiménez, Gerardo Hernandez Perez, qui sont trois chefs paramilitaires qui opèrent à Guadalupe Tepeyac. Et d’autres de Guadalupe los Altos : Julio Rodriguez Aguilar, Carmellino Rodriguez Aguilar, Ranulfo Hernandez Aguilar et Alejandro Vazquez. D’autres encore de San Carlos Veracruz : Gaudencio Jimenez Jimenez qui travaille à la mairie de las Margaritas, Gabriel Grene Hernandez, Isauro Mendez Santiz, Ivan Mendez Dominguez, Fidel Mendez Zantiz, Alfredo Mendez Rodriguez, eux de Veracruz, annexe de San Carlos.

3.- Connaissant les attitudes de ces leaders paramilitaires de la CIOAC, c’est-à-dire la bande des « Luises », nous sommes d’abord allés voir le Centre des Droits Humains Fray Bartolomé de las casas [appelé Frayba, ndt], et leur avons expliqué les actes de provocations qu’ils nous ont fait et nous avons demandé que le Frayba aille parler aux Luises et leur donner une convocation pour le 31 mars ; il y a eu une première convocation, une seconde et une troisième, la réponse a été que si la convocation était pour les problèmes avec les membres de la CIOAC de Guadalupe los Altos, Santa Rosa el Copan, Diez de Abril, San Francisco ou à San Jose el Puente, alors ils n’étaient pas concernés et le Frayba a expliqué la situation de la convocation et en plus la convocation spécifiait bien le problème de la CIOAC des paramilitaires de La Realidad mais ils ne se sont pas présentés.

4.- Nous avons envoyé de nouveau une seconde convocation par l’intermédiaire du Frayba et la réponse a été qu’ils allaient venir et ils ne sont jamais venus. Voyant cela avec inquiétude, nous avons dû aller dans les locaux du Frayba pour leur expliquer plus précisément le sens de l’appel et leur demander qu’ils aillent voir les leaders paramilitaires Luises, pour qu’ils se présentent à une troisième convocation et comme témoins nous avons demandé la présence du Frayba pour une solution pacifique et ils ont proposé la date du premier mai de cette année.

5.- D’abord sont arrivés Roberto Alfaro Velasco, qui est le secrétaire de l’organisation CIOAC, et Alfredo Cruz Calvo, secrétaire de transport. L’un d’entre eux, Alfredo Cruz Calvo, est sorti pour parler avec ses compañeros paramilitaires de la CIOAC de La Realidad et comme il leur a enseigné leurs attitudes, il n’a pas été compris, c’est ce qu’il nous a dit à son retour avec nous, Conseil de Bon Gouvernement. Ils nous ont fait la proposition que l’un d’entre eux allait sortir parler avec les autres leaders paramilitaires de La Realidad et c’était une ruse parce qu’il n’a pas été parler avec les paramilitaires de La Realidad mais avec le chef paramilitaire des Luises. Alfredo, qui était soi-disant sorti pour parler avec les paramilitaires de la Realidad, revient avec 15 personnes pour nous dire que nous devions remettre en liberté Roberto Alfaro, c’est-à-dire qu’il n’est pas revenu pour le problème en cours, et c’était une proposition de leur part de rester pendant que l’un d’entre eux allait parler avec les leaders de La Realidad. Une fois là, la discussion commence en leur clarifiant que Roberto Alfaro n’est ni séquestré ni détenu, et les 15 qui viennent d’arriver obligent Roberto Alfaro à reconnaître qu’il est détenu et séquestré. Le Frayba, toujours présent, en est témoin. Roberto Alfaro a demandé aux 15 de pouvoir parler avec les paramilitaires de La Realidad mais les 15 n’ont pas accepté. Le 2 mai, nous étions en train de trouver un accord vers 5 – 6 heures du soir, pour que le jour suivant nous commencions une table de discussion sur ce qu’avaient fait ces 15 avec le chef paramilitaire des Luises ; ils étaient déjà en train d’organiser autre chose dehors, l’après-midi du 2 mai, quand des compañeros bases d’appui zapatistes de notre Caracol, revenaient après avoir effectué d’autres travaux régionaux. Ces paramilitaires étaient embusqués à l’entrée de la communauté pour agresser nos compañeros. Les paramilitaires de La Realidad étaient déjà organisés et voici le plan de ce qu’ils allaient faire : ils étaient en 2 groupes, un groupe à l’entrée de la communauté et l’autre groupe dans le centre, armés avec des armes longues et courtes (machettes, massues et pierres) ; avant de mener à bien l’assassinat, ils ont commencé avec une provocation, en détruisant l’école autonome de nos compañeros bases d’appui de la communauté, en coupant les canalisations d’eau de nos compañeros zapatistes et du centre du Caracol, nous les avons seulement vu et entendu. Juste à ce moment les compañeros des travaux régionaux arrivaient. Immédiatement les paramilitaires de La Realidad ont été tendre une embuscade sur la route à l’entrée de la communauté et ont commencé à agresser nos compañeros avec des pierres, des massues, détruisant le pare-brise des camionnettes. Comme ils ont pu, nos compañeros sont descendus des camionnettes et se sont défendus. Nous, comme Conseil de Bon Gouvernement, nous avons eu l’information immédiatement que nos compañeros étaient agressés et d’autres compañeros qui se trouvaient dans le Caracol pour travailler sont sortis pour aller les aider mais ils n’ont pas pu arriver, ils ont été attaqués au milieu du village avec des armes à feu. C’est là qu’est tombé notre compañero José Luis Solís López, enseignant de la zone de la Petite École pour la Liberté selon les Zapatistes [Escuelita, initiative nationale et internationale ndt] ; il a reçu une balle dans la jambe droite et une autre, de calibre 22, dans le côté droit de la poitrine, avec un coup de machette dans la bouche et ils l’ont achevé avec un coup de grâce derrière la tête, d’une balle du même calibre et avec plusieurs coups de massues dans le dos.

Nous avons d’autres compañeros blessés par balle, machettes, massues et pierres :

- Romeo Jimenez Lopez blessé par balle, une dans la jambe droite et l’autre dans la jambe gauche - calibre 22
- Andulio Gomez lopez avec une écorchure de balle dans la poitrine – calibre 22
- Le compañero Abacuc Jimenez Lopez blessé à coup de machette au bras droit
- Le compañero Yadiel Jimenez Lopez blessé à coup de machette aussi au bras droit
- Le compañero Efrain blessé par une pierre à la tête
- Le compañero Gerardo blessé par une pierre à la bouche
- Le compañeros Ignacio blessé par une pierre à la main droite et au sourcil
- Le compañero Esau blessé par une pierre au sourcil
- Le compañero Noe par une pierre à la tête
- Le compañero Saul frappé et par une pierre au bras droit
- Le compañero Elder Darinel avec des coups dans le cou
- Le compañero Hector blessé à l’œil par une pierre
- Le compañero Marin frappé à la bouche, les dents détruites par une pierre
- Le compañero Nacho blessé à la main et à l’œil avec une machette et une pierre
- Le compañero Jairo frappé dans le dos Nos compañeros ont été transférés dans notre hôpital-école « la primera esperanza compañero Pedro », pour y être soignés.

6.- Nous démentons vigoureusement que nous ayons été armés, si ça avait été le cas, le résultat ne serait pas le même, c’est arrivé à 20h30 le 2 mai. Nous avons dit à ce groupe de leaders paramilitaires, c’est-à-dire les 15 qui étaient avec nous, de sortir pour contrôler leurs hommes mais aucun d’entre eux n’a voulu sortir.

7.- Aujourd’hui, 5 mai, nous avons vu ce que dit le mauvais gouvernement du Chiapas qui a arrêté 5 personnes, dont l’une est bien un leader paramilitaire de la CIOAC, qui est Conrado Hernández Pérez ; les autres nous ne les connaissons pas, mais eux se connaissent, surtout le chef supérieur paramilitaire Manuel Velasco Cuello et aussi le chef paramilitaire suprême de Peña Nieto, mais : les assassins criminels paramilitaires qui ont pris la vie et donné un coup de grâce à notre compañero Jose luis Solis lopez ne sont pas arrêtés, ils sont toujours à La Realidad, et continuent à provoquer et ils continueront parce que c’est le plan du chef paramilitaire suprême et du chef supérieur paramilitaire au Chiapas et des chefs paramilitaires de la CIOAC.

8.-Comme vous pouvez le voir dans ce que nous vous racontons, à tout moment était présent le Centre des Droits Humains Fray Bartolomé de las casas. C’est pour cela que nous n’avons pas dit rapidement notre parole sur ce qui était arrivé. Par respect pour leur médiation et leur parole impartiale, nous attendions que le Frayba donne sa parole en tant que personnes neutres dans tous les problèmes, ce qui est son travail. Dans la parole du Frayba, vous pouvez maintenant voir directement qui dit des mensonges et où est la vérité, selon ceux qui étaient présents et qui ne sont d’aucun groupe.

9.- On voit maintenant clairement que tout ce qui est sorti dans la presse payante est un mensonge. Il n’y a pas eu d’affrontement. Ce qui est arrivé est une attaque contre nous.

10.- Voyant tout ce problème et le lâche assassinat de notre compañero Galeano, le Conseil de Bon Gouvernement a décidé de retirer sa participation et nous avons décidé de passer aux mains du Commandement Général de l’Armée Zapatiste de Libération Nationale toute cette affaire, pour qu’ils enquêtent bien et pour que justice soit faite. Il faut maintenant attendre ce que vont dire nos compañeros de l’EZLN.

Cordialement, Conseil de Bon Gouvernement Vers l’espérance Zone Forêt frontalière

http://enlacezapatista.ezln.org.mx/...

Traduction : Xochilanga

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0