Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte
Accueil du site > Communiqués et déclarations de l’EZLN > ECHANGE, CAMPEMENT DE PAIX, PARTAGE ET RECONSTRUCTION

Communiqué du sous-commandant insurgé Moisés. ARMEE ZAPATISTE DE LIBERATION NATIONALE, MEXIQUE

ECHANGE, CAMPEMENT DE PAIX, PARTAGE ET RECONSTRUCTION

27 mai 2014

mercredi 25 juin 2014

Aux compañeras et compañeros de la Sexta au Mexique et dans le Monde. Aux sœurs et frères du Congrès National Indigène et peuples originaires dans notre pays, Compas :

Le Sous-commandant Insurgé Moisés vous salue, pour vous communiquer différentes choses :

Premièrement - LA PETITE ECOLE. Companer@s de la Sexta du Mexique et du monde. Nous voulons vous dire que, pour l’instant, nous pensons que oui, nous allons continuer le travail de la petite école, tant du premier degré, pour ceux qui ne sont pas encore venus, que du second degré, pour ceux qui ont été reçus, qui ne sont que quelques-uns à avoir réussi et qui peuvent avancer, car tous n’ont pas bien mené à terme ce à quoi ils s’étaient engagés en tant qu’élèves. Bientôt nous vous enverrons la date de cette « petite école » pour le premier degré. Pareil pour le second degré, mais pas tout le monde.

Deuxièmement - CAMPEMENT DE PAIX. Compañeras et compañeros de la Sexta du Mexique et du Monde. Nous vous informons que nous sont arrivées les paroles et les idées du Centre des Droits humains Fray Bartolomé de Las Casas, d’installer un campement civil pour la Paix dans la communauté de La Realidad, où a été commis le crime contre notre compañero Galeano. Nous avons déjà dit au Frayba qu’ils seront les bienvenu-e-s pour cette pensée, pour qu’ils soient témoins et observateurs, et "oreilles" , vu que la situation sur place n’est toujours pas résolue. Car les assassins sont toujours libres, et la force qu’ils ont et qui les motivent à faire n’importe quoi, c’est l’alcool, en plus du fait que certains d’entre eux ont des antécédents de consommation de drogues. Les compañeros et compañeras bases d’appui zapatistes doivent rentrer chez eux, ils ne pourront pas rester tout le temps dans le Caracol, car ils doivent travailler pour subvenir aux besoins de la famille. C’est donc très important le campement civil pour la paix. C’est pour ça que nous vous demandons de vous coordonner avec le Centre des Droits humains Fray Bartolomé de las Casas. De ce qu’ils nous ont dit, le premier campement sera installé le mercredi 4 juin 2014.

Troisièmement – PARTAGE : Aussi, on va reprendre le partage avec les sœurs et frères du Congrès National Indigène, mais ça, on va le communiquer à part.

Quatrièmement – RECONSTRUCTION. Comme vous le savez déjà, les paramilitaires au service des mauvais gouvernements ont détruit l’école et la clinique des bases d’appui zapatistes. Et tout comme nous avons déterré le compa Galeano, et bien nous avons à remettre sur pied l’école et la clinique. Les compañeras et compañeros bases d’appui de la Realidad ont déjà trouvé un nouvel endroit où construire. Et donc on vous invite à trouver du matériel de construction si c’est possible, pour que nous, nous la remettions debout, l’école et la clinique.

De manière à ce que les mauvais gouvernements comprennent que la quantité qu’ils détruisent importe peu. Nous, nous construirons toujours plus. C’est ce qui s’est passé quand l’autre Zedillo [président du Mexique entre 1994 et 2000] a détruit l’Aguascalientes à Guadalupe Tepeyac. Ensuite ce sont cinq Aguascalientes qui ont été construits, à la place d’un qu’ils ont détruit.

Enfin, je vous informe que j’ai vu ce qui est sorti dans les médias à la solde, sur ce qui est arrivé en réalité à La Realidad. Et je vois que c’est bien vrai ce qu’avait déjà dit feu le Supmarcos : ils n’ont rien écouté, et rien compris.

Ils n’ont pas compris, ceux d’en haut, que nous, nous n’avons rien perdu, sinon qu’au contraire, nous récupérons un compañero. Et ils ne l’ont pas compris ceux de l’extérieur, que eux si, ils ont perdu, car ils n’ont plus de fenêtre pour nous voir, et ils trouvent encore moins la porte pour entrer.

Ils ne l’entendent pas, que là où ils se trouvent augmente le son de la douleur et de la rage. Ils ne l’entendent pas, le fait qu’ils sont déjà seuls. Et les médias libres, ils les accusent de prendre parti pour des zapatistes, et qu’ils sont payés par les zapatistes, comme si dire la vérité sur la réalité de La Realidad, c’était un travail pour de l’argent, et non un devoir. Mais nous voyons clairement qu’en fait c’est leur colère, parce que les médias à la solde sont restés à l’extérieur de la realidad, de la réalité.

Car les Zapatistes, même si on touche un salaire, on construit la vie, on ne détruit pas des vérités. Pas comme les mauvais gouvernements, qui utilisent le salaire pour construire des mensonges et détruire des vies.

Depuis les Montagnes du Sud est Mexicain

Sous Commandant Insurgé Moisés,

Mexique, mai 2014, Dans l’année 20 de la guerre contre l’oubli

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0