Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte

Accueil > Congrès National Indigène > Villages unis de la region de Cholula et des volcans > LA SCIENCE POUR LE PEUPLE, LA VIE ET L’HUMANITE

LA SCIENCE POUR LE PEUPLE, LA VIE ET L’HUMANITE

mardi 17 août 2021

LA SCIENCE POUR LE PEUPLE, LA VIE ET L’HUMANITE

Aux compañeras et compañeros que ont la science comme outil de lutte
Aux jeunes qui terminent leur éducation avec une pensée critique
Aux académiciennes et académiciens qui défendent la connaissance et ne se sont pas vendus au capital

Compas, nous sommes des villages d’origine nahua, nous nous situons dans la région de Cholula de l’État de Puebla, Mexico, nous habitons depuis des siècles dans la vallée formée par les volcans Popocatepetl, Iztaccihuatl y Matlalcueyetl. Nos ancêtres nous ont appris à travailler les champs et à élever des animaux, nous tentons de vivre en harmonie avec la terre-mère, car nous nous nourrissons d’elle et d’elle nous sommes.

L’eau qui descend des volcans faisait de notre territoire un paradis avec des sources, des étangs appelés ameyales, des rivières, des lagunes, des poissons, de nombreuses plantes et animaux dans les champs, et nos ancêtres ont su durant des siècles habiter ce lieu sans le détruire ; il y a quelques dizaines d’années, des patrons du monde entier ont commencé à arriver dans notre région avec des projets mortifères, s’enrichissant et suçant jusqu’à la moelle tout ce qui nourrissait la vie de ce lieu. Ils ont asséché nos ameyales, nos étangs, ils ont contaminé notre rivière, ils ont détruit nos récoltes, ils nous ont volé la terre et ils ont assassiné de nombreux compañeros au cours de ce processus.

En tant que villages nous avons toujours résisté, nous avons survécu à leur guerre d’extermination, tout d’abord menée par les envahisseurs européens, et aujourd’hui par les transnationales et leur capitalisme sauvage. Ils prétendent nous esclavagiser dans leurs entreprises de la même manière qu’auparavant ils nous esclavagisaient dans leurs grands domaines, leurs haciendas, mais à leur grand désespoir nous continuons à naître et à reproduire la vie et la communauté.

Le 22 mars de cette année, nous avons fermé l’entreprise Bonafont, multinationale française du groupe DANONE qui depuis 29 ans pillait l’eau de notre territoire, et qui provoquait de graves dégâts pour nos formes de vie. Nous autres dans nos villages nous utilisons l’eau pour arroser la terre, pour produire des aliments et pour élever nos animaux, nous ne vendons ni ne transportons l’eau à d’autres régions, nous faisons en sorte que le cycle de celle-ci reste sur notre territoire afin d’éviter un déséquilibre et ensuite une sécheresse.

Les entreprises et les gouvernements nous accusent d’être responsables du manque d’eau, ils viennent tout détruire et ensuite ils nous accusent de l’enfer environnemental qu’ils ont généré. Nos villages étaient ici bien avant que ce pays se nomme le Mexique, et jamais la vie n’a été en danger ; avec des études scientifiques et des arguments complexes, ils prétendent justifier la mort de la nature et nous rendre à nouveau responsables du « problème ». Et oui, nous sommes très clairement le problème, mais pas à cause du manque d’eau, mais parce que dans leur logique celui qui ne sert pas pour le capital ne sert tout simplement à rien.

Du fait de leur racisme et de leur mépris de classe, les mauvais gouvernements et les patrons n’ont pas pu comprendre que la sagesse des villages a toujours dominé leurs pompeuses études académiques, car tandis que les institutions vendent la connaissance au plus offrant, nous les villages, nous utilisons la sagesse afin de veiller sur la terre et de préserver la vie. En tant que villages, nous étudions et analysons le système actuel, car c’est notre ennemi et il nous fallait apprendre comment le détruire. De plus, il y a des compañeros et des compañeras que le monstre de l’académie n’a pas pu avaler et qui ont été recrachés et ont fini par lutter coude à coude avec nous.

Compañeras et compañeros du Mexique et du monde, ce que nous observons c’est que la science n’a pas résisté au venin du capitalisme, mais ce que nous voyons aussi compas, c’est qu’il y a beaucoup de scientifiques, hommes et femmes, qui comme nous savent que la connaissance doit être utilisée pour défendre la vie et pour détruire ce système mortifère.

La guerre pour l’eau dans notre région s’est terriblement accentuée durant les dernières années, c’est la raison pour laquelle nous voulons que des compas qui ont pour arme la science et la connaissance rejoignent notre tranchée de lutte, afin qu’ensemble nous puissions détruire les mensonges avec lesquels le capital prétend continuer à nous saccager, assassinant notre territoire.

Nous vous invitons en conséquence à ce côté-ci du champ de bataille, en vous convoquant à la Rencontre internationale des Scientifiques pour la Vie, qui aura lieu du 30 août au 4 septembre 2021 sur les ruines de l’entreprise Bonafont, route fédérale México-Puebla km 96.1, San Mateo Cuanalá, Juan C. Bonilla, Puebla, México, territoire nahua. Votre participation consistera à expliquer à l’aide de conférences, d’expérimentations ou tout autre type de démonstration, comment les industries et les mégaprojets détruisent la vie et le territoire des peuples originaires.

Pour s’enregistrer : envoyer un courrier à pueblosunidosporlavida@gmail.com avec votre nom, votre pays, l’intitulé de votre participation et de votre exposé, la date limite étant le 23 août.

Pour les compas qui souhaiteraient venir en tant qu’auditeurs, la date limite sera le 25 août, en envoyant à la même adresse votre nom, pays et état d’origine, et en spécifiant que vous participerez seulement à travers votre écoute.

Nous vous demandons d’êtres prudent.e.s concernant les mesures sanitaires durant votre voyage, et respecter à tout moment les indications de la commission de santé afin de réaliser cet événement de la manière la plus sûre possible.

A ces scientifiques vendus qui servent le patronat et le mauvais gouvernement : abstenez-vous de venir, qu’un microscope ne vous atteigne pas en pleine tête.

POUR LA RECONSTITUTION INTEGRALE DE NOS PEUPLES
JAMAIS PLUS UN MEXIQUE SANS NOUS

VILLAGES UNIS DE LA REGION DE CHOLULA ET DES VOLCANS