Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte
Accueil du site > Communiqués et déclarations de l’EZLN > Aux comités de solidarité, aux organisations sociales et politiques, aux (...)

Aux comités de solidarité, aux organisations sociales et politiques, aux hommes et aux femmes, aux enfants et aux anciens des cinq continents.

Communiqué du CCRI-CG de l’EZLN

mardi 1er juillet 1997

COMMUNIQUÉ DE L’EZLN ADRESSÉ AUX COMITÉS DE SOLIDARITÉ, AUX ORGANISATIONS SOCIALES ET POLITIQUES, AUX HOMMES ET AUX FEMMES, AUX ENFANTS ET AUX ANCIENS DES CINQ CONTINENTS.

« Sachez, Votre Grâce - répondit Sancho - que malgré la ressemblance, ce ne sont point là des géants, mais des moulins à vents, et que ce qui vous paraît leurs bras ne sont que leurs ailes, qui, poussées par le vent, font tourner la meule du moulin. « Il semble bien plutôt - rétorqua don Quichotte - que tu n’es guère instruit en matière d’aventures ; ce sont des géants ; si tu as peur, ôte-toi de mon chemin et mets-toi donc à prier, pendant que j’engage avec eux cette farouche et inégale bataille. »

(Don Quichotte, Première partie, chap. VIII).

Frères et sœurs,

Je vous écris pour vous avertir du grave danger qui plane sur tous les habitants de cette planète. Nos modernes et intergalactiques services de renseignements militaires (qui n’ont, comme tout ce qui est militaire, pas grand-chose d’intelligent) ont détecté une agitation inhabituelle sur le territoire appelé "État espagnol" par certains. Plus précisément, sous le ciel de Madrid, de Catalogne, d’Aragon et d’Andalousie. Notre ordinateur néolibéralisé a exclu qu’il puisse s’agir du tintamarre produit par les ustensiles avec lesquels les natifs de cette contrée font la cuisine (cuisine dont nous ne parlerons pas en détail, parce que notre bourse ne suffirait pas à pourvoir ce que notre corps et notre imagination exigeraient à cette évocation).

Il ne s’agit pas non plus d’un bal post ou pré-moderne. On a également éliminé la possibilité d’une marche de protestation ou de soutien, de revendication ou de remerciement. La cyberpudeur a écarté l’idée qu’il puisse s’agir du bruit provoqué par une rencontre amoureuse (qu’on peut facilement confondre avec un séisme d’une amplitude de 8 degrés sur l’échelle de Richter). En vérité, notre ordinateur s’est déclaré cybernétiquement déconcerté, et a préféré entamer une partie d’échecs simultanée contre le Chapelier Fou et le Lièvre de Mars (j’ignore qui gagne pour l’instant, mais ils ont l’air de bien s’amuser, à prendre le thé et à déclamer des poèmes).

Mais n’ayez crainte, nous avons fait appel à un satellite spatial, pour photographier en détail ce qui s’y passe (le satellite en question est une petite merveille, il va jusqu’à te dire du combien tu chausses, sans parler de ton horoscope, ton profil psychologique, ta tendance politique et tes goûts musicaux). Nous disposons maintenant d’une quantité impressionnante de données à dépouiller. Voyons : on prend 500 g de haricots, un peu de boudin, oignon à discrétion, un peu de ci, un peu de ça... Bien. Nous disposons des premiers résultats de cette analyse par satellite : selon les premières indications, les responsables de cette déconcertante agitation sont... des êtres humains ! Il est en outre incontestable qu’il y a parmi eux des hommes, des femmes, des enfants et des anciens. On peut affirmer que tous sont différents et que leur seul point commun est leur participation à cette agitation (notre ordinateur intergalactique, fait une pause dans son thé-partie d’échecs, et nous propose "rébellion", comme synonyme d’"agitation") ; et que ce qui se passe sur ces terres tient de la cuisine, de la danse, de la marche et de la rencontre amoureuse.

Vu que nous n’avons pas plus de données, nous nous sommes procurés un dépliant qui menace, du 25 juillet au 3 août, de célébrer (oui, "célébrer", ce qui confirme cette tendance coupable de ceux d’en bas, à faire la fête au moindre prétexte) la IIe Rencontre intercontinentale pour l’humanité et contre le néolibéralisme, dans l’autoproclamé "État espagnol", et dans cinq sièges différents, à savoir : Madrid, la Catalogne, Ruesta en Aragon, et Almuñecar et El Indiano en Andalousie. Les thèmes qui y seront cuisinés, dansés, marchés et qui s’y rencontreront (ce n’est pas ce qui est dit dans le dépliant, mais il est évident que c’est comme ça que ça va se passer) sont très agités : cela va de "L’économie néolibérale contre l’humanité" (reconnaissance dont les remercie avec modestie le capital financier) à "Contre toutes les formes d’exclusion" (les élites protestent, parce que ce thème les exclut), en passant par "Nos mondes et le leur" (ceux qui sont visés par ce "leur" ne sont pas d’accord, ils disent que nos mondes ne sont que des astéroïdes), "La lutte contre le patriarcat" (Machos du monde entier, unissez-vous contre ce thème !) et "Les luttes pour la terre et l’écologie" (les néolibéraux s’insurgent : les déchets, ce sont tous ceux qui ne sont pas comme eux). En plus, le dépliant en question est orné d’une inquiétante et subversive étoile à cinq branches, symbole du manger, pardon, de la danse, pardon, de la marche, pardon, de la rencontre. Non, nous n’avons pas vu qu’il y soit fait mention de brosses à dents, de pantoufles, de peignes ou de bourses. Oui, nous sommes bien d’accord qu’il s’agit d’un oubli grave. Mais tout semble indiquer que la mixture qui y sera cuisinée ressemblera à un réseau, que l’on y dansera comme il faut, c’est-à-dire joyeusement, que cette marche sera pour l’humanité (ce qui est autre manière de dire "contre le néolibéralisme") et que cette rencontre sera la rencontre de ceux et celles qui résistent.

Bref, nous voulions juste vous avertir de ce qui se prépare dans ce coin de l’Europe rebelle, pour vous éviter d’être pris au dépourvu et qu’à l’heure où ça commence vous soyez encore en train d’emballer vos chaussures de bal et de marche, vos assiettes et vos cuillères, et la libido indispensable dans toute rencontre digne de ce nom. De notre côté, nous nous chargeons des brosses à dents, des pantoufles, des peignes et des bourses.

Allez. Salut, et - bien sûr ! - il faut y aller, pour cuisiner, danser, marcher, et surtout, pour nous rencontrer.

Depuis les montagnes du Sud-Est mexicain.
Sous-commandant insurgé Marcos.
Mexique, juillet 1997.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0