Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte
Accueil du site > Résistances > Enlace Zapatista dément tout lien de l’EZLN et de l’Autre Campagne avec (...)

Enlace Zapatista dément tout lien de l’EZLN et de l’Autre Campagne avec quelque enlèvement que ce soit

lundi 3 janvier 2011

Enlace Zapatista dément tout lien de l’EZLN et de l’Autre Campagne avec quelque enlèvement que ce soit

Le 1er janvier 2011 a commencé à circuler dans quelques journaux nationaux et étrangers, à partir de l’agence de presse espagnole EFE, une note dans laquelle il est dit qu’"un fidèle membre des forces insurgées de l’EZLN" attribuait, par un communiqué, l’enlèvement de Diego Fernández de Cevallos [1] à l’EZLN. Dans la confuse dépêche diffusée par l’agence de presse espagnole, on accuse aussi divers collectifs de l’Autre Campagne d’être coparticipants à cet enlèvement, et on se réfère à diverses pages électroniques et communiqués anciens, en libre circulation, à la disposition de n’importe qui sur Internet, comme sites où chercher des preuves de cette accusation contre les zapatistes.

Eh bien le "communiqué" des ravisseurs est arrivé également complet au courrier de notre page [2], tel qu’il est parvenu aux différents médias qui s’en sont servi comme base pour faire leur article et le publier. Il suffirait qu’ils publient intégralement cet écrit pour que n’importe quel lecteur se rende compte qu’il est impossible qu’il ait une origine en rapport avec l’EZLN. Allons, il est incohérent d’un bout à l’autre de sa rédaction. Il est évident que qui l’a écrit cherche uniquement à se mettre en avant, à engendrer la confusion et à servir les intérêts du pouvoir.

L’Autre Campagne est un mouvement politique, civil et pacifique. Il en a été ainsi depuis ses débuts, et c’est ainsi qu’elle a agi tout au long de ces années. Elle ne procède donc pas à des enlèvements pour obtenir des fonds ni pour faire de la propagande politique.

De même, il est connu de toutes et tous que l’EZLN - son histoire et sa pratique pendant vingt-sept ans, de ses débuts à ce jour, le montrent - ne pratique pas les enlèvements, cela va à l’encontre de ses principes. C’est pourquoi l’EZLN n’a développé ni la structure organisationnelle ni l’infrastructure matérielle pour ce type d’actions. Depuis 1994, où les zapatistes ont décrété le cessez-le-feu pour donner une chance à la construction d’une paix juste et digne, ils ont tenu leur parole, contrairement à l’État mexicain qui les a agressés sur les plans politique, économique et militaire, depuis le 1er janvier 1994 jusqu’à présent.

Pour toutes ces raisons, il est clair, et nous le répétons une fois de plus, que ni l’EZLN ni l’Autre Campagne n’ont enlevé et séquestré Diego Fernández de Cevallos.

Si quelqu’un a de la sympathie pour cette méthode ou considère qu’il est correct politiquement de pratiquer l’enlèvement, cela n’a pas lieu dans l’Autre Campagne. Le "guerrier Balam", comme se nomme lui-même celui qui a envoyé le communiqué auquel nous faisons référence, a eu son quart d’heure de gloire, quelques médias ont repris des fragments de son écrit et l’ont mis sur leur une. Il peut en jouir. Pendant ce temps, les communautés indigènes zapatistes subiront une nouvelle escalade d’agressions comme résultat de ce type de "trouvailles" opportunistes et policières. C’est là le vrai danger, compañeras et compañeros, soyons vigilants face à cette nouvelle provocation contre les compañeros zapatistes.

Pour Enlace Zapatista,
Javier Elorriaga et Sergio Rodríguez Lascano.
Mexico, le 2 janvier 2011.

Traduit par el Viejo.

Notes

[1] Avocat d’affaires et haut dignitaire du parti au pouvoir, le PAN ; les circonstances de son enlèvement, de sa séquestration et de sa libération neuf mois plus tard sont restées extrêmement brumeuses (NdT).

[2] Le site Internet Enlace Zapatista.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0