Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte
Accueil du site > Documents fondamentaux du mouvement zapatiste > Deuxième déclaration de La Realidad

Deuxième déclaration de La Realidad

jeudi 1er août 1996

DEUXIÈME DÉCLARATION DE LA REALIDAD

Hommes et femmes d’Afrique,d’Asie, d’Amérique, d’Europe et d’Océanie

Considérant que nous sommes

Contre l’internationale de la mort, contre la globalisation de la guerre et de l’armement,

Contre la dictature, contre l’autoritarisme, contre la répression,

Contre les politiques de libéralisation économique, contre la faim, contre la pauvreté, contre le vol, contre la corruption,

Contre le patriarcat, contre la xénophobie, contre la discrimination, contre le racisme, contre le crime, contre la destruction du milieu environnant, contre le militarisme,

Contre la stupidité, contre le mensonge, contre l’ignorance,

Contre l’esclavage, contre l’intolérance, contre l’injustice, contre la marginalisation, contre l’oubli,

Contre le néolibéralisme.

Considérant que nous sommes

Pour l’internationale de l’espérance, pour la paix nouvelle, juste et digne,

Pour la nouvelle politique, pour la démocratie, pour les libertés politiques,

Pour la justice, pour la vie et le travail dignes,

Pour la société civile, pour des droits complets pour les femmes sous tous les aspects, pour le respect des anciens, des jeunes et des enfants, pour la défense et la protection de l’environnement,

Pour l’intelligence, pour la culture, pour l’éducation, pour la vérité,

Pour la liberté, pour la tolérance, pour l’inclusion, pour la mémoire,

Pour l’humanité.

Nous déclarons :

Premièrement. Que nous allons organiser un réseau de nos luttes et résistances particulières. Un réseau de résistance contre le néolibéralisme, un réseau intercontinental de résistance pour l’humanité. Ce réseau intercontinental de résistance, en reconnaissant les différences et en connaissant les ressemblances, cherchera à rencontrer d’autres formes de résistances dans le monde. Ce réseau intercontinental de résistance sera le moyen où les diverses résistances pourront s’appuyer les unes sur les autres. Ce réseau intercontinental de résistance n’est pas une structure organisée, n’a pas de centre directeur, ni de centre décisionnel, n’a pas de mandat ni de hiérarchie. Le réseau est constitué de tous ceux qui résistent.

Deuxièmement. Que nous allons organiser un réseau de de nos luttes et résistances. Un réseau intercontinental de communication contre le néolibéralisme, un réseau intercontinental de communication pour l’humanité. Ce réseau intercontinental de communication alternative cherchera à tisser les liens pour que la parole de tous ceux qui résistent s’exprime. Ce réseau intercontinental de communication alternative sera le moyen par lequel toutes les différentes résistances communiquent. Ce réseau intercontinental de communication alternative n’est pas une structure organisée, n’a pas de centre directeur, ni de centre décisionnel, n’a pas de mandat ni de hiérarchie. Le réseau est constitué de tous ceux qui nous parlent et qui nous écoutent.

Nous déclarons :

Parler et écouter au nom de l’humanité et contre le néolibéralisme. Résister et lutter pour l’humanité et contre le néolibéralisme. Pour le monde entier : Démocratie ! Liberté ! Justice ! En fonction de la réalité de chaque continent.

Frères et sœurs

Nous ne voulons pas que cette déclaration soit fermée et que cette Rencontre se termine aujourd’hui. Nous proposons que la Rencontre Intercontinentale pour l’Humanité et contre le Néolibéralisme continue sur chaque continent, dans chaque pays, dans chaque campagne et chaque ville, dans chaque maison, école, lieu de travail où vivent des êtres humains qui veulent un monde meilleur.

Les communautés indigènes nous ont appris que pour résoudre un problème, si grand soit-il, il faut simplement écouter tous ceux que nous sommes. Nous proposons donc que soit réalisée une consultation internationale sur cette déclaration. Nous proposons que cette déclaration soit connue du monde entier et que dans tous les pays une consultation soit réaliser avec cette question : Êtes-vous d’accord pour souscrire à la Deuxième Déclaration de la Realidad pour l’Humanité et contre le Néolibéralisme ?

Nous proposons que cette Consultation Intercontinentale pour l’Humanité et contre le Néolibéralisme soit faite sur les cinq continents durant la première quinzaine de décembre 1996.

Nous proposons que cette Consultation soit réalisée de la même façon qu’a été organisée cette rencontre, que tous ceux qui assistent à cette Rencontre et tous ceux qui ne sont pas là mais qui nous accompagnent de loin organisent et réalisent cette Consultation. Nous proposons que que soient utilisés tous les moyens possibles et impossibles pour que cette consultation concerne le maximum d’êtres humains des cinq continents. La Consultation Intercontinentale est une forme de la résistance organisée par nous et est aussi une forme de générer des contacts et des rencontres avec d’autres résistances. Elle fait partie d’une nouvelle forme de faire de la politique dans le monde, c’est cela que doit être la Consultation Intercontinentale.

Ce n’est pas tout. Nous voulons aussi appeler à la Seconde Rencontre Intercontinentale pour l’Humanité et contre le Néolibéralisme.

Nous proposons qu’elle soit réalisée durant la deuxième partie de l’année 1997 et que le continent européen en soit le siège. Nous proposons que la date précise et le lieu de la Rencontre soient choisis par nos frères et sœurs d’Europe.

Nous espérons tous que cette Deuxième Rencontre Intercontinentale ait lieu et qu’elle ait lieu sur un autre continent. Lorsque cette Deuxième Rencontre aura lieu, nous en verrons la forme et nous désirons y participer en quelque endroit choisi.

Frères et sœurs

Nous continuons à être des trouble-fêtes. C’est faux ce que nous disent les théoriciens du néolibéralisme : que tout est sous contrôle, même ce qui est incontrôlé.Nous ne sommes pas la valve d’échappement à la rébellion qui peut déstabiliser le néolibéralisme. Il est faux que notre existence rebelle légitime le pouvoir. Le pouvoir nous craint. Pour cette raison, il nous poursuit et nous encercle. Pour cette raison, il nous emprisonne et nous tue.

En réalité, nous sommes une possibilité qui peut le vaincre et le faire disparaître.

Certes, nous ne sommes pas nombreux, mais nous sommes des hommes et des femmes qui luttons pour l’humanité, qui luttons contre le néolibéralisme.

Nous sommes des hommes et des femmes qui luttons dans le monde entier.

Nous sommes des hommes et des femmes qui demandons pour les cinq continents :

Démocratie !
Liberté !
Justice !

Depuis les montagnes du Sud-est mexicain.
Comité Clandestin Révolutionnaire Indigène - Commandement Général de l’Armée Zapatiste de Libération Nationale.

La Realidad, planète Terre, août 1996.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0