Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte

MEXIQUE, OAXACA - LA POLICE TUE

vendredi 1er juillet 2016

PDF - 861.3 ko
Oaxaca la police tue

MEXIQUE, OAXACA - LA POLICE TUE    Dimanche 19 juin 2016. Quinze heures d’affrontements entre police et manifestants à Oaxaca, au sud-est du Mexique, où le mouvement syndical enseignant occupait les routes d’accès à la ville.

Pour toute négociation : 11 morts, 7 disparus, et des dizaines de blessés par balles.

 Depuis 2013, le président mexicain Enrique Peña Nieto tente d’imposer aux instituteurs et institutrices de ce pays une soi-disant « réforme éducative », sous la pression de l’OCDE et des institutions internationales. Comme l’expliquait récemment dans un communiqué le mouvement zapatiste : « La mal-nommée "réforme éducative" ne concerne pas l´éducation, mais le droit du travail. Si elle concernait l´éducation, elle aurait pris en compte le corps enseignant et les familles. Quand le gouvernement refuse de dialoguer sur la réforme avec les enseignants et les familles, il reconnaît qu’il ne s’agit pas d’améliorer l’éducation, mais d’"ajuster le personnel" (qui est le nom que le capital donne aux licenciements). »

Depuis de nombreuses années, notamment dans l’état de Oaxaca, la Coordination Nationale des Travailleurs de l’Education – C.N.T.E. - mène la lutte contre cette réforme, avalisée par les instances nationale du syndicat officiel des enseignants. Mais la section 22 de Oaxaca, comme celle d’autres états tels que le Chiapas, le Guerrero ou le Michoacan, s’opposent farouchement à son application.

Début juin, l’arrestation de plusieurs leaders syndicaux de Oaxaca et le licenciement de plusieurs milliers d’instituteurs en lutte ont eu pour effet de renforcer la résistance du mouvement. Les blocages d’autoroutes et de zones commerciales se sont alors multipliés. 

 Dans la matinée du dimanche 19 juin 2016, des éléments de la police fédérale mexicaine et des unités de la gendarmerie sont arrivés dans la localité de Nochixtlán, Oaxaca, en vue d’évacuer le blocage de l’autoroute mis en place depuis huit jours par des enseignantEs en lutte, des étudiants et des habitantEs des communautés des alentours. Avec une violence extrême, la police a attaqué les manifestants, d’abord avec des gaz lacrymogènes et des tirs de flashball, puis avec des armes à feu de petit et de gros calibre, durant plusieurs heures. Onze personnes ont perdu la vie dans ces affrontements, des dizaines d’autres ont été blessées par balles. Dans l’état de Oaxaca, d’autres affrontements avec la police ont eu lieu à Huitzo, Juchitan dans l’Isthme de Tehuantepec et dans la capitale de l’Etat. 

-  Depuis Paris, nous tenons à dénoncer ces massacres, auxquels ont participé des unités de la nouvelle gendarmerie mexicaine créée en 2014, dont le projet et la formation de l’état-major sont supervisés par la France, en vertu des accords de coopération policière signés entre les deux pays. 

-  Nous nous solidarisons et invitons le mouvement social en France à se solidariser avec la lutte menée par les enseignantEs du Mexique contre cette réforme néo-libérale, dont une partie du projet a été la aussi conçu et avalisé dans les locaux de l’OCDE, à Paris.

 Nous exigeons :

-  L’arrêt de la répression contre le mouvement de résistance à la réforme de l’éducation.

-  La libération de tous les enseignants emprisonnés pour avoir défendu l’éducation publique et de tous les prisonniers politiques.

-  L’arrêt des ventes d’armes et de toute collaboration militaro-policière de la France à l’étranger, que ce soit avec le Mexique, ou bien avec les dictateurs en Afrique, en Arabie saoudite ou dans le reste du monde.

-  L’annulation de la réforme et la réintégration de tous les enseignantEs licenciés au Mexique.

-  La présentation en vie des 7 enseignants portés disparus, ainsi que des 43 étudiants de l’école normale rurale d’Ayotzinapa.   NI LES BALLES NI L’ABUS DE LA FORCE N’ARRETERONT LA RESISTANCE 

OAXACA INSOUMIS, LA LUTTE CONTINUE - SOLIDARITÉ !

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0