Warning: Illegal string offset 'format_dest' in /var/www/vhosts/cspcl.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/filtres_images_mini.php on line 736 Warning: Illegal string offset 'format_source' in /var/www/vhosts/cspcl.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/filtres_images_mini.php on line 739 Communiqués sur la situation à Ostula - Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte
Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte
Accueil du site > Résistances > Communiqués sur la situation à Ostula

Santa María Ostula

Communiqués sur la situation à Ostula

Commission pour la défense des biens communaux de la communauté indigène de Santa Maria Ostula

jeudi 16 juillet 2009

Communiqués sur la situation à Santa Maria Ostula

COMMUNIQUÉ URGENT N° 2

AUX PEUPLES ET AUX GOUVERNEMENTS DU MONDE.
AU PEUPLE DU MEXIQUE
AUX MÉDIAS

La Commission pour la défense des biens communaux de la communauté indigène de Santa Maria Ostula informe que l’attaque, lâchement perpétrée le 29 juin dernier contre les membres de notre communauté par un groupe de choc employé par six soi-disant petits propriétaires métis de La Placita, municipalité d’Aquila, Michoacán, a pu finalement être contenue à travers l’occupation intégrale des terres en conflit par plus de 2 000 membres et la surveillance des ces terres par les policiers communautaires de notre communauté et des communautés sœurs nahuas d’El Coire et de Pomaro. En conséquence, la situation actuelle est la suivante :

    1. Le site de la Canaguancera et les terres restantes qui avaient été envahies par les riches caciques sont sous notre contrôle et protégées comme il se doit par LES POLICIERS COMMUNAUTAIRES DE NOTRE COMMUNAUTÉ ET DES COMMUNAUTÉS SŒURS D’EL COIRE ET DE POMARO.

    2. La totalité du territoire correspondant à notre communauté, y compris les 23 villages qui la composent sont sous la surveillance et la protection des polices communautaires des trois communautés.

    3. Nous, les communautés nahuas d’Ostula, d’El Coire et de Pomaro nous trouvons en état d’alerte maximum et réalisons des actions permanentes pour la protection de nos territoires.

    4. Les gouvernements fédéral et de l’État n’ont pas engagé d’actions tendant à empêcher de futures attaques paramilitaires contre nous, ce pour quoi nous exigeons desdits gouvernements d’intensifier la surveillance autour du village de La Placita.

    5. C’est faux de dire qu’il existe des personnes séquestrées dans notre communauté et DANS LE CAS OÙ IL Y AURAIT OU IL POURRAIT Y AVOIR DES PERSONNES DÉTENUES, CELA SE FERAIT CONFORMÉMENT AU DROIT, DANS LE CADRE DE NOTRE SYSTÈME DE JUSTICE TRADITIONNELLE ET EN RESPECTANT PLEINEMENT LES DROITS HUMAINS DES ÉVENTUELS DÉTENUS.

C’est pour cela que nous EXIGEONS des gouvernements FÉDÉRAL et de l’ÉTAT :

    1. La sanction immédiate des responsable de l’attaque lâchement organisée contre les membres de la communauté le 29 juin 2009

    2. La sanction immédiate des responsables des lésions par balle causées à notre compagnon Manuel Serrano, ce 29 juin, pendant l’attaque mentionnée auparavant

    3. LE STRICT RESPECT DE LA POSSESSION DE NOTRE COMMUNAUTÉ DU LIEU-DIT CONNU COMME LA CANAGUANCERA ET DE TOUTES LES TERRES COMMUNALES QUI LUI APPARTIENNENT DE FAÇON IMMÉMORIALE

    4. Le respect et la reconnaissance des polices communautaires des communautés indigènes de Santa Maria Ostula, d’El Coire et de Pomaro, en tant que protectrices de l’intégrité des terres et des familles de nos communautés.

Nous rendons responsables les niveaux de gouvernements cités de toute action répressive contre notre communauté ou de toute attaque de la part de groupes de délinquance organisée et exigeons d’eux qu’ils respectent et fassent respecter nos droits territoriaux historiques.

Nous appelons les PEUPLES INDIGÈNES DU MEXIQUE ET DU MONDE, AINSI QUE LA SOCIÉTÉ CIVILE NATIONALE ET INTERNATIONALE à soutenir notre lutte juste comme ils le pourront, et à travers l’envoi immédiat et urgent de nourriture, de médicaments et de ressources financières à notre communauté ; nous demandons à nos frères peuples indigènes et aux organisations alliées qu’ils envoient des commissions chargées de renforcer notre lutte, qui est la même que la lutte de tous nos peuples.

SANTA MARÍA OSTULA, 2 JUILLET 2009.
LA COMMISSION POUR LA DÉFENSE DES BIENS COMMUNAUX DE LA COMMUNAUTÉ INDIGÈNE DE SANTA MARIA OSTULA.


Troisième communiqué de la Commission pour la défense des biens communaux de la communauté indigène de Santa Maria Ostula

AUX PEUPLES ET GOUVERNEMENTS DU MONDE
AU PEUPLE DU MEXIQUE
AUX MÉDIAS

LA COMMISSION POUR LA DÉFENSE DES BIENS COMMUNAUX DE LA COMMUNAUTÉ INDIGÈNE DE SANTA MARIA OSTULA informe sur la situation actuelle dans la communauté et l’état du conflit relatif aux terres communales qui ont été antérieurement envahies par des soi-disant petits propriétaires de la Placita :

    1. Actuellement notre communauté a récupéré la possession d’environ 1 000 hectares de terres qui lui appartiennent, et ainsi, qui se trouvent sous notre contrôle et protégées comme il se doit par les gardiens communaux appartenant AUX POLICES COMMUNAUTAIRES DE NOTRE COMMUNAUTÉ ET DES COMMUNAUTÉS SŒURS D’EL COIRE ET DE POMARO.

    2. En cinq jours, nous avons édifié 25 maisons et sont en cours de construction les maisons de la Encargatura del Orden, de la Capilla et la Maison de santé communale correspondant au nouveau village que nous sommes en train de fonder et qui, conformément à la mémoire ancestrale de nos grands-parents, s’appelera Xayakalan.

    3. C’est faux de dire que notre communauté ait trouvé un accord avec le gouvernement et qu’il y ait de la tranquillité dans la zone : il y a des compagnons blessés qui sont soignés par la communauté elle-même ; les écoles des 21 villages appartenant à Ostula ont été fermées pour une durée indéterminée depuis le 30 juin dernier face à l’insécurité qui règne dans la zone ; les épiceries et les réserves de la communauté ne sont pas approvisionnées et nos familles ne peuvent pas s’occuper de leurs tâches quotidienne à cause de l’énorme travail de surveillance communale et du fait des travaux de construction du nouveau village.

    4. Dans tout le territoire correspondant aux communautés nahuas d’Ostula, d’El Coire et de Pomaro, LES URNES ÉLECTORALES N’ONT PAS ÉTÉ INSTALLÉES, et même si cela était arrivé, NOUS AVONS DÉCIDÉ UNANIMEMENT DE NE PAS VOTER, CAR AUCUN PARTI ET AUCUN GOUVERNEMENT N’A DONNÉ DE SOLUTION AUX GRAVES PROBLÈMES QUI NOUS AFFECTENT, ILS NOUS ONT TOUS DIT DES MENSONGES ET NOUS ONT SEULEMENT TROMPÉS.

    5. Notre communauté avait détenu et emprisonné, depuis les faits qui se sont produits le 29 juin dernier de cette année, les délinquants suivants : TRINIDAD GÓMEZ BARAJAS, RAMÓN GÓMEZ BARAJAS et FELIPE MARTÍNEZ DE MIGUEL. Ces personnes ont été moralement condamnées par notre communauté et remis aujourd’hui au gouvernement de l’État en qualité de détenus, clarifiant qu’à tout moment, elles ont été traitées avec justice et en respectant leurs droits humains.

C’est pour cela que nous EXIGEONS des gouvernements FÉDÉRAL et de l’ÉTAT :

    1. Que l’on sanctionne immédiatement le soi-disant petit propriétaire J. REFUGIO DIAZ et les autres responsables de l’attaque lâchement perpétrée contre nos compagnons et compagnes le 29 juin 2009.

    2. LE STRICT RESPECT DE LA POSSESSION DE NOTRE COMMUNAUTÉ DU LIEU-DIT CONNU COMME LA CANAGUANCERA ET DE TOUTES LES TERRES COMMUNALES QUI LUI APPARTIENNENT DE FAÇON IMMÉMORIALE.

    3. Le respect et la reconnaissance des policiers communautaires des communautés indigènes de Santa Maria Ostula, d’El Coire et de Pomaro, comme gardiens de l’intégrité des terres et des familles de nos communautés.

Nous rendons responsables les niveaux de gouvernements cités de toute action répressive contre notre communauté ou de toute attaque de la part de groupes de délinquance organisée et leur exigeons de respecter et de faire respecter nos droits territoriaux historiques.

Face à la grande tension qui existe dans nos communautés et face aux besoins que nous avons actuellement pour assurer notre sécurité et édifier le village de Xayakalan, nous appelons :

    • LES PEUPLES INDIGÈNES DU MEXIQUE ET DU MONDE à, sur les terres récupérées par notre communauté, INSTALLER IMMÉDIATEMENT UN CAMPEMENT INDIGÈNE CIVIL ET PACIFIQUE

    • LA SOCIÉTÉ CIVILE NATIONALE ET INTERNATIONALE ET LES MÉDIAS ALTERNATIFS à, sur les terres récupérées pour notre communauté, INSTALLER IMMÉDIATEMENT UN CAMPEMENT D’OBSERVATION qui détende la situation actuelle et vérifie la protection des droits humains de notre communauté.

TOUS LES HOMMES, FEMMES, ENFANTS QUI ONT DANS LEUR CŒUR LA CONVICTION DE LUTTER POUR LA JUSTICE ET POUR LES DROITS DE NOS PEUPLES, à organiser l’envoi immédiat et urgent de nourriture, de médicaments et de ressources financières à notre communauté.

SANTA MARIA OSTULA, 5 JUILLET 2009
LA COMMISSION POUR LA DÉFENSE DES BIENS COMMUNAUX DE LA COMMUNAUTÉ INDIGÈNE DE SANTA MARIA OSTULA


QUATRIÈME COMMUNIQUÉ DE LA COMMISSION POUR LA DÉFENSE DES BIENS COMMUNAUX DE LA COMMUNAUTÉ INDIGÈNE DE SANTA MARIA OSTULA

AUX PEUPLES ET GOUVERNEMENTS DU MONDE
AU PEUPLE DU MEXIQUE
AUX MÉDIAS

LA COMMISSION POUR LA DÉFENSE DES BIENS COMMUNAUX DE LA COMMUNAUTÉ INDIGÈNE DE SANTA MARIA OSTULA donne à connaître le compte bancaire sur lequel tous ceux et toutes celles qui veulent se solidariser avec notre lutte peuvent faire des versements :

COMPTE "PERFILES" BANAMEX AU NOM DE VICTOR SELESTINO GRAGEDA, TESORERO DE LA COMUNIDAD [TRÉSORIER DE LA COMMUNAUTÉ]. COMPTE NO. 7989603, CLAVE NO. 002497044779896031.

Nous appelons les peuples indigènes du Mexique et du monde à continuer à envoyer des délégations de soutien aux terres récupérées par notre communauté, et nous sollicitons la société civile nationale et internationale pour que s’installe immédiatement un CAMPEMENT D’OBSERVATION dans la zone de conflit pour que s’applique le respect des droits humains dans la région, pour soutenir la solution pacifique du problème actuel des terres et pour faire pression pour que les gouvernements fédéral et de l’État applique les points que nous avons demandé dans nos communiqués antérieurs et dont nous continuons à exiger l’application :

    1. Que l’on sanctionne immédiatement le soi-disant petit propriétaire J. REFUGIO DIAZ et les autres responsables de l’attaque lâchement perpétrée contre nos compagnons et compagnes le 29 juin 2009.

    2. LE STRICT RESPECT DE LA POSSESSION DE NOTRE COMMUNAUTÉ DU LIEU-DIT CONNU COMME LA CANAGUANCERA ET DE TOUTES LES TERRES COMMUNALES QUI LUI APPARTIENNENT DE FAÇON IMMÉMORIALE.

    3. Le respect et la reconnaissance des policiers communautaires des communautés indigènes de Santa Maria Ostula, d’El Coire et de Pomaro, comme gardiens de l’intégrité des terres et des familles de nos communautés.

SANTA MARÍA OSTULA, 5 JUILLET 2009
LA COMMISSION POUR LA DÉFENSE DES BIENS COMMUNAUX DE LA COMMUNAUTÉ INDIGÈNE DE SANTA MARIA OSTULA

Traductions : Xochil Anga.

P.-S.

Quelques images de Santa Maria Ostula :

Quelques audios (en espagnol) sur la situation à Santa Maria Ostula : http://www.regeneracionradio.org/live/index.php?p=liberacion/Audio_Santa_Maria_Ostula

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0